Brugelette : touche pas à mes sentiers !

Brugelette : touche pas à mes sentiers !

Bien que propriété du parc Pairi Daiza, la suppression de plusieurs sentiers ne fait pas l’unanimité.

Alors que le collège communal de Brugelette vient de se prononcer en faveur des deux premières phases de la future route d’accès à Pairi Daiza, une autre demande émanant des responsables du parc animalier a alimenté les débats entre majorité et opposition tout en divisant là aussi les formations présentes sur la scène politique locale.

Passée relativement inaperçue en marge des autres permis introduits dernièrement par le jardin zoologique de Cambron-Casteau, celle-ci concerne la suppression de plusieurs sentiers vicinaux subsistant sur des parcelles appartenant au parc et qui ne sont plus fréquentées.

Une enquête publique s’est déroulée à ce sujet et a donné lieu à une bonne dizaine d’objections formulées par des habitants soucieux du maintien de ces sentiers. Parmi ceux-ci figure à la rue de l’Abbaye, non loin des parkings du parc, le sentier vicinal no 16 qui est toujours emprunté.

Au terme de l’enquête publique qui s’est clôturée le 22 avril dernier, un procès-verbal de synthèse stipule que le sentier no 16 doit être conservé afin de permettre la circulation sécurisée des riverains ainsi que le maillage rural et la liaison entre les villages.

Les riverains craignent la mort de la mobilité douce dans le village de Cambron, de même qu’un risque d’enclavement de celui-ci, tout en pointant le non-respect du PCDR.

Pour les plaignants, la disparition des sentiers équivaut à la perte d’un cadre de vie décent et empêche le développement d’un déplacement touristique à valeur ajoutée. Si le collège a plaidé en faveur de la suppression des trois sentiers désaffectés traversant le parc (14,18 et 26), il s’est positionné pour le maintien partiel du no 16.

Pour le bourgmestre André Desmarlières, la portion comprise entre la rue de l’Abbaye et le Grand Chemin a toutes les raisons de subsister, contrairement à celle reliant le GC au chemin no 6.

Si le groupe Ecolo a exprimé son opposition par rapport à la suppression des sentiers condamnés, les communaux de Michel Niezen estiment que les trois premiers n’ont plus lieu d’être d’autant qu’ils n’apparaissent même plus sur Google Maps.

En revanche, les communaux jugent nécessaire de sauvegarder le sentier no 16 dans sa totalité tout en invitant la commune à nettoyer les abords pour que celui-ci puisse être pleinement accessible et préserver toute son utilité.