Un nouveau centre culturel promis en 2022 à Chièvres

LES COMMUNES DE BRUGELETTE ET DE CHIEVRES POURRAIENT DISPOSER EN 2022 DE LEUR PROPRE CENTRE CULTUREL AVEC LE SOUTIEN DE CELUI DE LA VILLE D ATH

Il sera basé à Chièvres tout en rayonnant sur Brugelette avec le soutien de la MCA.

Depuis de nombreuses années, la Maison culturelle d’Ath (MCA) décentralise une petite partie de ses activités dans les entités rurales de Brugelette (Envolée des Arts, Fête des lumières, etc.) et de Chièvres (Médiévales). Brugelette-Chièvres l’horizon 2022, l’ancienne cité sucrière et la cité des Aviateurs pourraient disposer d’un centre culturel local commun à ces deux communes limitrophes dans le cadre d’un appel à projet lancé par la province de Hainaut.

La future structure serait logiquement basée à Chièvres qui possède le territoire le plus important en nombre d’habitants. La MCA qui en serait l’opérateur souhaite introduire au plus vite, en sachant que les procédures sont longues et fastidieuses, le dossier auprès de la Fédération Wallonie-Bruxelles en vue d’obtenir les subsides nécessaires. À savoir 120 000 euros par an. La commune de Chièvres contribuerait à hauteur de 80 000 euros et celle de Brugelette à concurrence de 40 000 euros.

Éviter des difficultés au démarrage

Lors du conseil communal de Brugelette, le directeur de la MCA est venu présenter les tenants et les aboutissants de ce projet culturel baptisé L’Envol. "Au travers de cette nouvelle institution culturelle, l’objectif est de pérenniser et d’intensifier l’offre culturelle sur ces deux communes avec lesquelles la MCA collabore depuis très longtemps", explique Engelbert Petre. Suite au décret de 2013 qui a changé les missions des centres culturels mais aussi face à la réforme des points APE qui risque de revenir sur la table du prochain gouvernement wallon et de priver, le cas échéant, la MCA de moyens financiers et humains non négligeables, notre interlocuteur ne cache pas que la création d’un centre culturel local reconnu par la FWB le soulagerait.

"La MCA s’engage à assurer un suivi de soutien pendant la durée des cinq ans qui suivront son ouverture. On veut mettre toutes les chances du côté de cette nouvelle structure et lui permettre d’éviter des difficultés lors de la phase de démarrage", poursuit Engelbert Petre. Pour les communes de Brugelette et Chièvres, le temps semble donc venu de voler culturellement de leurs propres ailes.