La nomination de Georges-Louis Bouchez comme président du RFB fait grincer des dents à Mons: "Un sabotage politique démasqué"

La nomination de Georges-Louis Bouchez comme président du RFB fait grincer des dents à Mons: "Un sabotage politique démasqué"
©REPORTERS
Belga

Le club de football du Royal Francs Borains, qui évoluera la saison prochaine en 1re division amateurs (A1), a présenté vendredi, à la surprise générale, son nouveau président, en la personne du président du MR et chef de file de l'opposition "Mons en Mieux", Georges-Louis Bouchez. A Mons, on évoque un "sabotage politique".

Georges-Louis Bouchez a créé la surprise en devenant le nouvel homme fort du RFB, basé à Boussu. Un autre homme politique, Carlo Di Antonio (CdH), bourgmestre de Dour, sera lui vice-président de l'école des jeunes du club boussutois. 'GLB' avait proposé sa candidature aux instances du club borain après le capotage de la fusion entre le RFB et le RAQM de Mons. La nomination du nouveau président "a été votée à l'unanimité par le conseil d'administration", ont précisé les instances du RFB. Georges-Louis Bouchez a fixé pour ambition de rejoindre la D1A à terme en 2024-2025.

"Mon rôle est d'être ambassadeur du club mais aussi de créer des synergies avec les représentants publics et privés pour ce club soit un fleuron pour la région de Mons-Borinage", a indiqué Georges-Louis Bouchez à l'antenne de Télé MB. "Ce n'est pas le club d'une personne ni d'un parti mais c'est le club d'une région. D'ailleurs, j'ai reçu l'aval du bourgmestre de Dour Carlo Di Antonio et du bourgmestre de Boussu Jean-Claude Debiève (PS)."

Du côté montois, les instances communales ont évoqué un "sabotage politique démasqué". "En pleine crise sanitaire, le nouvel effet d'annonce du RFB dévoile enfin les vraies raisons de l'échec de la fusion destinée à créer un grand club de football régional: le sabotage politique mené par le président national MR et un ex-ministre CDH", ont indiqué les instances communales montoises dans un communiqué. "Le Collège montois savait que des pressions politiques avaient été menées par le président du MR durant les négociations pour la création d'un grand club de foot régional. Les responsables des Francs Borains avaient nié mais d'autres sources les avaient confirmées."

Le collège montois a regretté le "mélange des genres" entre "politique et business" qui font "rarement bon mélange". Il souhaite que les transactions financières derrière la désignation du nouveau président du RFB soient rendues publiques.

Les instances montoises ont encore indiqué qu'elles se concentreront "sur le développement d'un club montois au sein des infrastructures du Stade Tondreau" à Mons.