Hainaut: des colis alimentaires pour les étudiants fragilisés par la crise

Une collaboration a été nouée avec le CPAS de Mons.

Hainaut: des colis alimentaires pour les étudiants fragilisés par la crise
© BELGA
E. Brl.

Toujours jugée préoccupante par nos autorités, la crise sanitaire continue de rythmer la vie des citoyens, y compris des étudiants. Privés de job, certains d’entre eux se sont retrouvés plongés dans une situation financière précaire. La situation est à ce point dramatique pour certains qu’au niveau du Pôle Hainuyer, qui regroupe 35 établissements et quelque 137 000 étudiants, un student food service est en projet.

"Nous devons poser deux constats. Le premier, c’est qu’il y a une précarité importante chez nos étudiants", souligne Philippe Dubois, recteur de l’Université de Mons et président du Pôle Hainuyer. "Cette précarité est matérielle, sociale et financière. Tant au niveau de notre université que du Pôle Hainuyer, nous avons donc lancé une série d’actions, déjà mises en œuvre ou en passe de l’être."

D’ici une dizaine de jours, un student food service sera ainsi mis à la disposition des étudiants les plus précarisés. "Il s’agit de mettre à la disposition des denrées non-périssables. Nous travaillons de concert avec le CPAS de Mons pour préparer activement ce service, tandis que de notre côté, nous devons évaluer au mieux les besoins. Nous avons de très nombreux étudiants boursiers, qui travaillent généralement en parallèle de leur étude, mais qui sont privés de ces emplois indispensables."

D’où l’idée de les impliquer dans le processus. "Nous prévoyons d’engager des étudiants, sous contrat étudiant donc, afin de leur permettre de participer à la distribution de ces colis. Notre volonté est en tout cas d’agir au plus vite car la détresse de nos jeunes est criante. Ce dossier ne peut plus attendre." La problématique n’est bien sûr pas limitée à une seule université ou haute école. D’autant plus qu’à cette détresse financière s’ajoute une détresse psychologique bien réelle.

"C’est le deuxième constat que nous devons poser. Il est largement relayé par les délégués et représentants étudiants. Nous allons donc travailler urgemment sur cet aspect", ajoute Philippe Dubois. "Nous allons renforcer les aides et accompagnement afin de détecter les problèmes et épauler aussi tôt que possible les étudiants qui en ont besoin." Cette aide sera proposer en présentiel, sur rendez-vous, afin qu’un véritable contact puisse être (re)noué.

"C’est un projet qui devrait être opérationnel dans le courant de la semaine prochaine sur une dizaine de sites." Malheureusement, cette alternative semble indispensable : le secteur horeca ne jouit toujours d’aucune perspective alors qu’il est clairement l’un des secteurs les plus prisé par les étudiants.