De fortes perturbations attendues sur le réseau du TEC Charleroi ce jeudi matin

Le syndicat CGSP lance un appel à la grève pour jeudi matin, sur le réseau du TEC Charleroi. De fortes perturbations sont dès lors possibles, nous indique-t-on.

De fortes perturbations attendues sur le réseau du TEC Charleroi ce jeudi matin
©FLEMAL JEAN-LUC

Attention aux usagers du TEC Charleroi, il est possible que des perturbations importantes (pour les bus et métros) résultent d'un appel à la grève lancé par la CGSP pour jeudi matin. "Nous n'avons pas pu déposer de préavis, on compte donc sur les médias pour faire passer le message aux usagers, qu'ils ne soient pas surpris."

La raison? La CGSP (FGTB) voit rouge: une réunion de concertation locale a été demandée à la direction du TEC qui l'a annulée, nous indique Serges Delchambre de la CGSP. "C'est la première fois qu'une réunion "amélioration du dialogue social" ne se fait pas, alors que ça existe depuis 2012." D'où l'appel à la grève: le dialogue social est rompu, pour la CGSP. Du côté de la direction du TEC Charleroi, on estime que les règles pour la tenue de la réunion n'ont pas été respectées et on "condamne fermement" les actions syndicales décidées.

C'est en allant dans le détail qu'on peut prendre la mesure du problème, qui est en fait un véritable bras-de-fer entre la direction et le syndicat CGSP.

D'un côté, la CGSP nous explique que le processus "amélioration du dialogue social", qui permet de prévoir une réunion de concertation locale avec la direction quand il y a un différend, n'a pas été respecté. "Ici, il y avait un conflit avec la direction, j'ai donc demandé une réunion de concertation. J'ai voulu libérer un délégué pour qu'il assiste à la réunion, prévue à 15 heures ce mercredi, et j'ai envoyé un mail mardi soir. Mercredi matin, ce délégué avait un lien Teams pour participer à la réunion, tout semblait bien parti", explique Serges Delchambre. "Mais soudain, en cours de journée, le chef de service de ce délégué a estimé qu'il ne pouvait pas libérer l'agent. On s'y est pris trop tard, nous dit-on, alors qu'un mail a été envoyé hier et que ça arrive souvent que ce soit le jour même. On n'a pas prévu de le remplacer pendant son absence, nous dit-on, alors qu'il ne part qu'une heure pour une réunion syndicale et que dans des cas comme ça il n'y a pas de remplacement à prévoir. Du coup, on nous a signalé que la réunion avec la direction était annulée. C'est inadmissible, le dialogue est rompu."

De l'autre, la direction du TEC Charleroi n'a pas exactement la même explication à donner : "en général, les syndicats libèrent des délégués suffisamment tôt, pour qu'on puisse les remplacer. Et la CGSP a prévenu la veille, à 21 heures, qu'elle voulait libérer l'agent qui ouvre le point de vente de la gare du Sud, qui est notre plus gros point de vente. C'est un manque de respect de faire ces demandes à la dernière minute, ce n'est pas comme cela que fonctionne le dialogue social, qui plus est quand ça impacte le service aux usagers comme ça aurait été le cas, puisqu'il n'y aurait pas eu possibilité d'ouvrir le point de vente. On leur a dit que s'ils libéraient ce délégué-là, on annulerait la réunion. Afin de ne pas rompre le dialogue, on leur a justement proposé une autre réunion vendredi matin, mais apparemment le mouvement de demain est maintenu."

Tout ça est parti d'un problème mineur, reconnaît-on pourtant autant côté syndicats que direction...