La Ville d'Ath inquiète de la modification de la circulation autour de Pairi Daiza

La tutelle doit encore se prononcer sur cette modification de plan.

placeholder
© Deheneffe
Belga

Sans concertation avec Ath, la ville voisine, la commune de Brugelette a décidé de modifier la circulation autour du parc Pairi Daiza. Le bourgmestre d'Ath craint des bouchons entre le parc zoologique et l'accès à l'autoroute A8 Tournai-Bruxelles. C'est par voie de presse que le bourgmestre d'Ath, Bruno Lefèbvre, a appris que la proche commune de Brugelette avait décidé de modifier, sans concertation, le plan de circulation autour du parc zoologique Pairi Daiza. Ce futur dispositif obligera les visiteurs quittant le parc animalier à emprunter la nouvelle route de contournement qui débouche sur la chaussée de Mons (N56). Cette modification entrera en vigueur dès que les panneaux de signalisation commandés seront réceptionnés et installés.

D'ores et déjà, le bourgmestre d'Ath s'inquiète fortement. "La chaussée de Mons est déjà surchargée. Je suis conscient que chacun tente de soulager ses habitants mais la commune de Brugelette reporte le problème ailleurs", dit-il. La ville d'Ath s'interroge par ailleurs sur ce projet. "Cette proposition de modification se base-t-elle sur une étude ou un comptage de la chaussée de Mons (RN56)? Peut-on quantifier le nombre de véhicules qui y passe quotidiennement?", se demande le maïeur qui précise, "si on y ajoute 25% à 30% de circulation, il faut savoir ce que représente ce nombre de véhicules et déterminer si la chaussée de Mons va pouvoir absorber ce supplément. Il y a de fortes chances que non! Cela implique un risque de bouchons depuis Maffle (Ath) jusqu'à l'entrée de l'autoroute A8, la route des régions."

La Ville d'Ath et l'intercommunale Ideta analysent actuellement des solutions de mobilité pour fluidifier la circulation autour du parc animalier. Le bourgmestre a déjà rencontré à plusieurs reprises le ministre-président wallon et tente de travailler sur des alternatives concrètes qui soulageraient les habitants de toutes les communes concernées. La tutelle doit encore se prononcer sur cette modification de plan qui impliquerait des nuisances encore plus fortes pour les Athois du faubourg de Mons.