Projet colossal à Mons: 80 millions d'euros pour construire une nouvelle prison

Le bâtiment est vétuste et surpeuplé. Le Secrétaire d'État Mathieu Michel donne son feu vert pour un nouveau projet.

Projet colossal à Mons: 80 millions d'euros pour construire une nouvelle prison
©AVPRESS
Grégoire Lalieu

Ce n'est pas tous les jours qu'une nouvelle prison sort de terre. Mais cela semble s'avérer de plus en plus nécessaire. Régulièrement, la Belgique se fait remonter les bretelles, bon nombre d'établissements pénitentiaires étant vétustes et pleins à craquer. Le gouvernement fédéral a manifestement pris conscience du problème et tend à inverser la vapeur.

Ainsi, dans un peu moins d'un an, le village carcéral d'Haren accueillera ses premiers détenus. À Termonde, le chantier de la nouvelle prison bat son plein. À Anvers, il devrait commencer l'année prochaine. Et voilà que le Secrétaire d'État à la Régie des Bâtiments, Mathieu Michel, nous annonce un nouveau projet pour Mons. De fait, dans la Cité du Doudou, la prison a été construite en centre-ville à la fin du 19e siècle. Elle n'a jamais connu de travaux de rénovation en profondeur. Elle déborde régulièrement – le bourgmestre vient d'ailleurs de prendre un arrêté. Si bien que les appels se multipliaient depuis des années pour construire un nouvel établissement en périphérie.

Si la gestion des prisons relève en partie du ministère de la Justice, pour ce qui est des murs, c'est bien le Secrétaire d'État à la Régie des Bâtiments qui est aux manettes. Et Mathieu Michel n'est pas resté sourd aux nombreux appels montois. "À la Régie des Bâtiments, mon job est de veiller à ce que la capacité technique des prisons soit opérationnelle. Si nous avons 100 cellules dans une prison, il faut que les 100 soient exploitables. Évidemment, dans la vie d'une prison, il arrive à certains moments que des cellules ne le soient pas. Mais on résout ces problèmes assez rapidement en général", explique Mathieu Michel. "Dans certains cas, ces interventions ne suffisent pas. Il y a quelques mois, j'ai pu discrètement visiter la prison de Mons pour voir ce qu'il y avait lieu de faire. J'ai également rencontré le bourgmestre Nicolas Martin. Nous avons continué à investir dans la prison de Mons. 500.000 euros ont été injectés en 2021. Mais il apparaît que cet établissement doit faire l'objet d'un nouveau projet."

Le Secrétaire d'État va donc débloquer un montant de 80 millions d'euros dans le cadre de son plan d'investissements pluriannuel. "Après avoir réalisé une photographie de l'ensemble des besoins de l'État fédéral en matière d'investissements, nous avons dégagé une enveloppe de 5 milliards d'euros. Le projet d'une nouvelle prison à Mons y sera intégré pour 80 millions d'euros", poursuit Mathieu Michel.

Toutefois, le projet n'en est qu'au début du commencement. "Les premières dépenses devraient être engagées en 2024 avec les études de projet. En effet, le gouvernement fédéral n'a pas positionné la nouvelle prison de Mons dans ses priorités pour 2021 et 2022. Si le bourgmestre de Mons veut aller plus vite, il peut toujours tenter de sensibiliser ses relais au sein du gouvernement", suggère le Secrétaire d'État.

La construction n'est donc pas près de commencer. Mais l'intention et le budget sont là. Et Mathieu Michel d'assurer que d'ici là, il n'entend pas laisser pourrir la prison de Mons sur place. Il continuera de veiller à ce qu'un maximum de cellules soit opérationnel, c'est son job de Secrétaire d'État à la Régie des Bâtiments.

Sur le même sujet