Une jeune Montoise lance la première culotte menstruelle de fabrication 100% belge

Une campagne Ulule est lancée afin de rassembler les fonds nécessaires au développement du projet.

Une jeune Montoise lance la première culotte menstruelle de fabrication 100% belge
©D.R.
E. Brl.

Elles ont le vent en poupe et offrent une réelle alternative aux femmes qui souhaitent délaisser les serviettes hygiéniques et les tampons lors de leur période de règles : les culottes menstruelles séduisent de plus en plus. Aujourd’hui, aucune solution locale n’existe pour s’en doter, les fabrications étant le plus souvent étrangères. C’est pour combler ce vide qu’une jeune Montoise a décidé de se lancer et de proposer la première culotte menstruelle dont la fabrication est 100% belge.

Modélisées et produites à la main en Belgique, elles se veulent discrètes, sont lavables et conçues avec des matériaux certifiés Oeko-Tex et du coton bio pour les parties en contact avec la peau. Baptisées Louve, elles ont vocation à prendre soin de l'intimité de la femme et de la Terre. "Le premier prototype a été conçu l'an dernier, à Noël, et a depuis été testé dans différentes tailles auprès d'un public varié", explique Emeline Cornet, conceptrice.

"Nous en sommes aujourd'hui au troisième prototype, qui devrait être le final. C'est désormais une réalité, la culotte Louve existe et est d'ores et déjà portée par plusieurs personnes qui ont collaboré au projet." Pour permettre à chaque femme de tester le concept, des fonds sont cependant nécessaires. C'est pour cette raison qu'une cagnotte en ligne a été lancée via la plateforme de financement participatif Ulule. "Les ambassadeurs recevront les premières contreparties en mars, et j'espère un lancement officiel en mars ou avril 2022."

Dans un premier temps, la vente en ligne devrait être privilégiée mais Emeline Cornet espère pouvoir rapidement nouer des collaborations avec les enseignes de lingerie et les magasins zéro déchet. "Il existe des culottes de fabrication française mais aucune 100% belge. C'est assez logique car notre marché est par définition plus petit mais c'est malgré tout dommage. Trouver des matériaux belges est compliqué, voire impossible pour certains. Il a donc fallu faire des concessions et se tourner vers le marché européen mais la fabrication, elle, se veut vraiment noire-jaune-rouge."

Au total, un an et demi de travail acharné aura été nécessaire pour concrétiser le projet. "Aujourd'hui, je suis partagée entre l'impatience et la peur. Le cycle menstruel, c'est un sujet qui reste tabou auprès de certains alors qu'il n'y a pas plus naturel. Je tente, à mon niveau, de changer cette façon de voir les choses en parlant un maximum du projet, de ses avantages, de son fonctionnement,…"

Si les culottes Louve trouvent leur public, la jeune Montoise le sait, l'investissement pour développer la marque sera colossal. "Dans un premier temps, je ne compte pas quitter mon emploi. Mais je sais que le temps et l'énergie que j'ai consacré à ce projet depuis un an et demi seront tout aussi nécessaires. J'espère simplement que le produit plaira au plus grand nombre de femmes et qu'elles passeront au-dessus de certaines appréhensions et seront in fine convaincues."

Les culottes menstruelles seront disponibles de la taille 34 à 48 et seront proposées avec un degré d’absorption moyen, en modèle classique ou en shorty. Elles seront mises en vente au prix de 39 euros.