1,1 million € pour le club de tennis de Seneffe: une "folie" ou une nécessité?

L'opposition estime le projet de nouveau club-house démesuré. Pour la majorité, il est indispensable de remplacer les installations vétustes.

1,1 million € pour le club de tennis de Seneffe: une "folie" ou une nécessité?
©Pixa Bay
U.P.

Seneffe dépense-t-elle trop pour les amoureux des raquettes? C'est en tout cas ce que pense l'opposition PS et AC+ au conseil communal, qui a bondi telle une balle jaune en découvrant le budget consacré à la construction d'un nouveau club house pour le tennis club de Seneffe, installé à Feluy. "Annoncé à 800 000 €, le budget passe à 1,1 million €. Je pense que c'est tout à fait exagéré", estime le conseiller communal PS Michaël Carpin. "Près de 500 000 € ont déjà été investi dans ce club de tennis pour des terrains synthétiques, des aménagements, l'éclairage…Il nous parait démesuré d'y investir un huitième du budget des investissements, on parle ici clairement d'une folie."

Et de déplorer que, selon lui, la majorité seneffoise consacre plus de moyens au sport qu'à d'autres domaines. "Vous avez investi dans le club de foot de Seneffe 200 000 € pour un parking, 100 000 € pour une clôture et pour refaire un terrain en herbe. A titre de comparaison, on consacre 150 000 € à l'entretien des trottoirs de l'entité et 500 000 € dans les écoles alors que 1000 élèves fréquentent nos écoles et que des enseignants donnent cours dans des portakabins."

"A première vue, cela peut paraître couteux", reconnait la première échevine en charge des sports Marie-Christine Duhoux. "Mais ce projet concerne plusieurs gros postes. Le bâtiment indoor, construit et inauguré en 2008, a connu de gros problèmes de condensation. Après plusieurs années d'expertise et de réflexion, il a été décidé de convertir les terrains de terre battue en terrain synthétique."

Quant au bâtiment, sa finition n'a jamais été réalisée. Il est donc prévu de créer un espace pour enfants, des bureaux pour les arbitres, des escaliers, des gradins, du carrelage, une sortie de secours…"Bref, tout le parachèvement de ce bâtiment."

Accessibilité PMR et respect des normes

Ce budget inclut également la location des containers et l'aménagement des abords. "Vient ensuite la destruction et la reconstruction du nouveau club house, l'ancien ayant été construit en 1978 par les membres et il est en fin de vie. Il ne répond plus ni aux normes des pompiers, ni aux besoins des membres."

Autre élément important: "ce bâtiment sera conçu pour y accueillir des personnes à mobilité réduite. Tout cela a un coût, mais on n'envisage pas qu'il en soit autrement. Cette accessibilité nous tient à cœur." Le respect des normes PEB et pompiers a également un coût. L'échevine précise encore travailler pour faire baisser le prix dans le cahier des charges, mais "on sait que ce sera difficile avec l'augmentation du prix des matériaux."

Bref, pour un club comptant plus de 300 licenciés et organisant des activités pour les enfants, l'investissement en vaut la peine, estime Marie-Christine Duhoux, précisant que "le sport fait partie santé publique et que l'on doit y mettre tout ce qu'on peut pour l'aider." Quant au reproche de privilégier le sport au détriment du reste, la majorité s'en défend, expliquant qu'une année n'est pas l'autre et que des projets dans d'autres domaines verront le jour au cours de la mandature.

"Des investissements sont en cours dans les écoles en cours et vous verrez sur une année prochaine qu'il y aura plus d'investissement dans l'école que dans le sport. Il faut regarder sur plusieurs exercices", conclut la bourgmestre Bénédicte Poll.