Dossier HELHa à La Louvière: l'intégration sur le site de Montignies semble bien partie

La HELHa avait introduit une demande d'habilitation pour le site de Montignies et a reçu un avis positif de l'ARES.

E. Brl.
Dossier HELHa à La Louvière: l'intégration sur le site de Montignies semble bien partie
©D.R.

Il y a tout juste un an, la Haute École Louvain-en-Hainaut (HELHa) annonçait son intention d’intégrer son département économique de La Louvière au campus de Montignies-sur-Sambre. Si ce changement ne devrait intervenir qu’à l’horizon 2025, il se prépare activement, tant les démarches à entreprendre sont nombreuses. Les choses semblent cependant en bonne voie pour l’établissement scolaire.

Au terme du processus d’analyse des demandes d’habilitations introduites par les établissements d’enseignement supérieur, le Conseil d’administration de l’Académie de Recherche et d'Enseignement supérieur (ARES) a remis en décembre dernier un avis positif concernant 38 demandes d’habilitations qui seront prochainement proposées au Gouvernement, et ensuite au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles au cours du premier semestre 2022.

"Sur la liste des demandes ayant reçu un avis positif du Conseil d'administration de l'ARES figure la demande d'habilitation de la HELHa pour le site de Montignies-sur-Sambre", confirme-t-on du côté du cabinet de la ministre en charge de l'enseignement supérieur, Valérie Glatigny (MR). "Cette même liste permet de constater que l'offre d'enseignement s'étoffe fortement dans la région du Centre et du Sud du Hainaut, qui reste d'ailleurs la deuxième province – après Bruxelles – en termes d'offre d'enseignement supérieur en Fédération Wallonie-Bruxelles."

Et de poursuivre : "Plus spécifiquement, en termes d'offre d'enseignement supérieur, le bassin enseignement-formation-emploi Hainaut Centre, avec 301 formations d'enseignement supérieur, est le troisième bassin sur 10 en Fédération Wallonie-Bruxelles après Bruxelles et Liège. Les étudiants disposent donc déjà d'une belle offre d'enseignement de proximité dans la région, avec de nombreuses formations accessibles dans un rayon de moins de 30 minutes en transport en commun, et cette offre va encore s'étoffer dans le futur."

Dans la Cité des Loups, les autorités communales s’étaient montrées très inquiètes de ce départ potentiel. Trois députés de la région avaient d’ailleurs interpellé la ministre afin d’attirer son attention sur la nécessité de préserver un établissement de type universitaire sur le territoire louviérois. Ceux-ci avaient également mis en avant les critères de proximité, primordiaux pour de nombreux étudiants au moment de faire un choix d’études. Force est de constater que sur ce dernier point, les sensibilités divergent.

Les demandes validées par l’ARES devront maintenant être soumises à l’accord de l’ensemble des membres du gouvernement, et votées ensuite par le parlement. Ce processus se fera dans le courant du premier trimestre 2022, avec pour objectif pour les habilitations validées de pouvoir se lancer en septembre 2022.