Manifestation antifasciste à Gilly: Paul Magnette assume la "responsabilité politique"

Le bourgmestre de Charleroi Paul Magnette a assumé lundi, lors du conseil communal de Charleroi, la "responsabilité politique" des événements qui se sont produits à l'occasion d'une manifestation antifasciste en janvier 2020 à Charleroi et qui ont donné lieu notamment au refoulement des manifestants par la police à l'aide des gaz lacrymogènes.

Belga
Manifestation antifasciste à Gilly: Paul Magnette assume la "responsabilité politique"
©BELGA

L'inspection générale de la police fédérale et locale a remis récemment le rapport sur les événements. Ce dernier lui avait été demandé par le bourgmestre Paul Magnette en février 2020, après la dénonciation du traitement infligé par la police à certains manifestants antifascistes venus empêcher une réunion d'un groupe d'extrême droite. Le rapport d'une soixantaine de pages pointe une série de difficultés dans le chef des autorités communales et de la police, en particulier au niveau de la préparation de l'événement, trop peu concertée avec l'organisateur, et de l'utilisation de gaz lacrymogène pour refouler les manifestants.

"Quand on détient une autorité politique, on n'est pas forcément directement responsable mais on en assume la responsabilité politique", a indiqué lundi Paul Magnette à l'adresse des conseillers communaux.

Interrogé sur l'attitude de la Ville devant des demandes futures de manifestation venant de groupes d'extrême droite, le bourgmestre a indiqué qu'il tenait à maintenir à Charleroi une "liberté d'expression la plus large possible sans permettre aux ennemis de la liberté de se voir reconnaitre cette liberté".

"Quand une manifestation privée se tient dans un lieu privé, le seul motif qui permet à un bourgmestre de l'interdire est celui d'ordre public. Mais c'est un principe qu'il faut manier avec beaucoup de prudence si l'on ne veut pas prendre un chemin dangereux par rapport aux libertés publiques", a toutefois prévenu Paul Magnette.