Freddy Tougaux était l'un des premiers témoins après le drame de Strépy-Bracquegnies: "Évidemment qu’il y a de la colère"

Présent dans la rue des Canadiens une heure après le drame de Strépy-Braquegnies, le comédien Freddy Tougaux a tout d'abord voulu souligner le magnifique travail des services de secours avant de critiquer la décision de la justice ce mardi matin.

La Rédaction

Originaire de la région du Centre et habitant à quelques centaines de mètres du drame qui s'est déroulé à Strépy-Bracquegnies, Freddy Tougaux et sa femme étaient en première ligne ce dimanche. Alors que le home "L'Espoir" où travaille son épouse, qui est situé dans la rue des Canadiens, est devenu un poste médical avancé, Freddy Tougaux (David Greuse de son vrai nom, ndlr) s'est exprimé auprès de nos confrères de la RTBF pour évoquer son ressenti suite à ce drame.

"Hormis l'horreur, la tristesse, etc. J'ai envie de garder une image plus positive : c'est-à-dire qu'une fois qu'on est arrivés sur les lieux, une heure après, il y avait toutes les équipes qui étaient en place. Je trouvais que tout était déjà bien organisé, dans une espèce de calme, d'efficacité et d'humanité qui étaient rassurants dans un tel chaos", expose-t-il en vantant les mérites des services de secours où "tout s'est fait de manière hyper efficace dans ce lieu de post-médical avancé."

Un magnifique travail réalisé par des services qui sont étouffés par la pandémie de coronavirus, comme il l'explique. "On sait à quel point le service médical est en galère depuis deux ans, et là on est arrivés dans un lieu tout à fait serein alors que c'était l'urgence totale. Il y avait 35 personnes au sol, et tout le monde s'occupait de chacun."

La colère reste toutefois un sentiment prédominant chez le comédien et la population en général, comme il l'explique. "Evidemment qu'il y a de la colère. On passe par toutes les émotions, c'est sûr : les gens passent par la terreur, puis par la tristesse. Ensuite on se pose des questions sans réponses et donc les gens commencent à s'énerver. C'est un processus humain."

Freddy Tougaux prend en exemple trois gilles qu'il a pu voir dans le post-médical et qui sont passés par toutes les émotions possibles après le drame. "Ils étaient totalement perdus au milieu du poste médical. On les a pris de côté, déshabillés parce qu'ils étaient encore en costume de gille et puis ils ont craqué tous les trois. Ils étaient lucides et calmes depuis le début et puis tout d'un coup les gens craquent", relate-t-il à la RTBF.

Le comédien que l'on peut souvent apercevoir dans l'émission Le Grand Cactus ne veut pas entendre parler de vengeance au sein de la population de la région du Centre après ce drame. "Pour régler le problème, on espère que la justice fera son travail." Il incrimine ensuite le conducteur, réputé pour être un grand fan de la vitesse derrière le volant. "On peut adorer la vitesse mais ce n'est pas parce qu'on aime la vitesse qu'on ne respecte pas le code de la route. Et surtout qu'on ne respecte pas la vie."

Après que la justice ait rendu son verdict provisoire concernant les deux passagers de la voiture ce mardi matin, Freddy Tougaux a laissé savoir sur les réseaux sociaux ce qu'il pensait de ce verdict en indiquant : "Depuis qu'on est petit, on nous explique que la justice est une des plus belles vertus de l'humanité, un magnifique outil d'équilibre du monde... Qui c'est le con qui a pété la balance ?"