Deux piétons qui attendaient le bus écrasés par une grue de 35 tonnes: ils ont miraculeusement survécu

A l'arrivée des secours sur les lieux à Marchienne-au-Pont, les deux victimes étaient conscientes. Elles ont été dégagées difficilement et emmenées en milieu hospitalier. Leurs blessures varient de légère à grave, mais leurs jours ne semblent pas être en danger.

Scène incroyable et peut-être miraculeuse à Marchienne-au-Pont, à l'ouest de Charleroi, ce vendredi.

Deux personnes qui attendaient le bus, à l'arrêt Pont-du-Creusot, ont été écrasées par une grue de 35 tonnes. Il était 13h30 environ. L'arrêt de bus se situe juste en amont d'un pont de chemin de fer, et un semi-remorque qui transportait une grue vers un chantier proche, a commis une grave erreur : l'engin transporté a heurté le bas du pont, est tombé de la remorque pour se coucher sur le trottoir... pile sur les deux personnes qui attendaient !

Deux piétons qui attendaient le bus écrasés par une grue de 35 tonnes: ils ont miraculeusement survécu
©FVH

Chanceux dans leur malchance, les deux victimes qui se trouvaient là - des habitants du quartier - ont été sauvées par le mur juste derrière eux: les 35 tonnes de la grue ont été arrêtées partiellement par le mur d'enceinte en plaques de béton, puis stoppée par le muret de renfort. La grue s'est alors "déposée" sur les deux piétons, les bloquant sur place mais sans les écraser totalement.

Deux piétons qui attendaient le bus écrasés par une grue de 35 tonnes: ils ont miraculeusement survécu
©Google Street - les lieux avant l'accident

Quand les secours ont débarqué sur place, les deux victimes étaient conscientes. Deux SMUR, deux ambulances, les pompiers de la zone de secours Hainaut-Est et la police locale de Charleroi ont alors tout tenté pour les dégager.

Avec des coussins, les pompiers de Marcinelle sous les ordres du lieutenant Vannieuwenhoven et du major Flemal ont pu dégager la première personne, bloquée au niveau du bras et de la tête. Elle a été transportée en milieu hospitalier, avec plusieurs blessures à première vue plutôt qualifiables de "légères".

La désincarcération de la deuxième victime a été plus complexe. Coincée au niveau du bassin, les jambes du côté rue, le torse côté trottoir, avec les chenilles de la grue en travers du corps, elle a finalement pu être dégagée peu après 15 heures, et emmenée en ambulance en milieu hospitalier sous escorte de motards de la police. Là, les blessures sont plus graves, mais d'après les premiers éléments récoltés sur place, il n'y aurait pas de danger de mort.

Deux piétons qui attendaient le bus écrasés par une grue de 35 tonnes: ils ont miraculeusement survécu
©FVH

Sur le même sujet