Rien ne va plus entre Isabelle Galant, bourgmestre de Lens, et son directeur général, Mathieu Messin

La bourgmestre reproche à son directeur général des congés de maladie à rallonge qui ne l’empêchent cependant pas d’assurer son rôle d’échevin à Colfontaine.

Rien ne va plus entre Isabelle Galant, bourgmestre de Lens, et son directeur général, Mathieu Messin
©AVPRESS
F.D.

Rien ne va plus entre Isabelle Galant, bourgmestre de Lens, et Mathieu Messin, directeur général à Lens et échevin à la commune de Colfontaine. Alors que leur relation a toujours été quelque peu tendue, elle ne semble pas s’améliorer, bien au contraire… En cause ? L’attitude du directeur général qui enchaîne les congés de maladie à Lens alors qu’il continue d'exercer en tant qu’échevin à Colfontaine. Sa présence à la maison du peuple de Colfontaine à l’occasion de la veille de ce 1er mai avec les Socialistes a eu raison de la patience de la bourgmestre.

"Mathieu Messin était en congé de maladie du 28 mars au 22 avril puis en congé politique du 25 au 29 avril et est de nouveau en congé de maladie du 2 mai au 3 juillet alors que pendant ce temps, il continue à exercer son mandat d'échevin puisqu'il a sortie autorisée… C'est donc possible d'être malade pour la commune mais pas pour le mandat échevinal… malade à mi-temps ?", peste Isabelle Galant, bourgmestre de Lens. "Au-delà de son étiquette politique, c'est un vrai coup dur pour notre commune. Pour une petite commune, perdre son directeur général durant plus de trois mois, c'est catastrophique. Il y a des subsides que nous perdrons suite à son manque de suivi. Ce sont les citoyens qui pâtissent de cette situation."

La situation devient intenable pour la bourgmestre qui fait face à des critiques suite au manque de suivi des dossiers de son directeur général. "Durant cette mandature, malgré des moments d'absence de sa part, je n'ai jamais rien dit. J'ai même dû subir parfois les critiques de l'opposition socialiste sur le suivi de ses dossiers", indique-t-elle. "Après un premier congé d'un mois, suivi d'un congé politique d'une semaine, consacrée à ses activités d'échevin à Colfontaine, il reprend deux mois de congé maladie jusqu'au mois de juillet. Là où c'est plus problématique, c'est qu'il était un peu moins malade pour boire un verre à la maison du peuple de Colfontaine la veille de ce 1er mai avec les Socialistes."

Cette situation remet également en cause la question des cumuls des mandats d'échevin et de directeur général. "Je ne comprends toujours pas pourquoi un échevin d'une commune d'un même arrondissement peut être directeur général dans une autre commune de l'arrondissement. C'est inconfortable pour tout le monde et nous arrivons à ce genre de situation", conclut Isabelle Galant.

Le principal intéressé, Mathieu Messin, n'a pas souhaité s'exprimer sur le sujet indiquant "que sa situation médicale ne concerne que lui." Avant d'ajouter qu'il "trouve déplacé d'en parler dans la presse. Quant au congé politique, ils sont réglementés dans la loi. C'est donc tout à fait inadéquat."

Ambiance…

Sur le même sujet