Eddy et Roger contestent avoir abusé de la faiblesse de Suzanne pour lui dérober 2.800 euros

Selon Eddy, c'est bien la septuagénaire qui lui a demandé d'effectuer les opérations bancaires sur son propre compte.

Eddy et Roger contestent avoir abusé de la faiblesse de Suzanne pour lui dérober 2.800 euros
©PEXELS
L. C.

Qui dit vrai, qui dit faux dans ce dossier d'abus de faiblesse ? La réponse judiciaire, qui aura lieu le 3 juin prochain, permettre de départager les deux versions qui s'opposent. D'un côté, il y a Eddy et son ex-compagnon Roger, de l'autre le beau-fils de Suzanne, qui entend bien obtenir justice pour sa belle-mère décédée des suites d'une longue maladie. De son vivant, cette dernière estimait avoir été victime d'un abus de faiblesse de la part d'Eddy, entre novembre et décembre 2018.

Pour le parquet, Eddy et son ex-compagnon ont profité de la santé précaire de la victime pour lui subtiliser 2.800 euros. « Elle m'avait demandé de déposer ce montant sur mon compte-épargne parce qu'elle voulait faire des cadeaux de fin d'année. Je ne sais pas dire pourquoi elle m'a demandé de faire transiter l'argent sur mon compte. J'ai simplement fait ce qu'elle m'a demandé de faire », explique l'ex-voisin de Suzanne, dont il avait retrouvé la trace avant le décès en milieu hospitalier.

Pour conforter son opinion, la substitute Broucke peut toujours compter sur l'audition très précise de Suzanne lorsqu'elle a déposé plainte à la police, le 1er février 2019. À l'époque, la septuagénaire en phase terminale d'un cancer a dénoncé les agissements suspects d'Eddy. « Il s'est proposé de s'occuper d'elle, au niveau de santé, mais aussi au niveau financier. Il a obtenu les mains mises sur les comptes de la victime. Hospitalisée entre début novembre et décembre 2018, elle a remarqué les divers mouvements sur son compte bancaire, sans son autorisation. »

Eddy a effectué un premier virement de 2.000 euros, le 27 novembre, avant de reverser 800 euros à la victime début décembre. « Il a ensuite effectué un retrait de 800 euros à Lodelinsart, sans mon autorisation », expliquait Suzanne. « J'espère qu'Eddy sera puni pour le mal qu'il m'a fait », avait conclu la septuagénaire.

La substitute Broucke considère que Roger a joué un rôle moins important dans les faits, mais qu'il n'a toutefois pas réagi pour tenter de savoir ce qu'il se passait quand il a reçu les 2.000 euros sur son compte bancaire. Une peine de minimum 12 mois de prison est requise contre les deux prévenus, sans s'opposer à un sursis.

La défense insiste sur l'innocence des deux prévenus et plaide l'acquittement. Jugement dans un mois.

Sur le même sujet