48 ans de prison pour "le couple de monstres" de Marcinelle

Johnny Falise et Francine Genicot ont tué un homme de 75 ans après l'avoir extorqué durant des années.

48 ans de prison pour "le couple de monstres" de Marcinelle
©BELGA

Jacques Hubinon, 75 ans, et sa compagne Marie Simon, auraient pu vivre une retraite paisible à Marcinelle, derrière la gare de Charleroi. Marie souffre de déficience mentale, mais avec Jacques, ils avaient une belle pension de près de 4000 euros par mois. Malheureusement pour le couple, ils ont croisé la route de Johnny Falise (49 ans) et Francine Genicot (54 ans).

Johnny était le beau-fils de Jacques, via une femme que ce dernier avait côtoyé quelques années, décédée par la suite... et il n'hésitait pas à aller régulièrement vider le compte en banque de son ex-beau-père et sa compagne, les laissant quasi sans rien dans leur petit appartement précaire. Tous les mois, en fait : Johnny, au CPAS, savait quand Jacques touchait sa pension et le frappait pour l'obliger à lui donner sa carte de banque. Il profitait de la détresse de Marie pour en faire autant. Francine, à la mutuelle, avait de son côté réussi à persuader les retraités de leur payer toute une série de choses. Jusqu'à se priver eux-mêmes.

Extorsion, c'est le mot. Mais ça ne suffit en général pas pour se retrouver devant la cour d'assises, où Johnny et Francine viennent d'écoper respectivement de 25 et 23 ans de prison. Non, c'est parce qu'en plus de ces horreurs, la nuit du 27 au 28 avril 2019, Johnny a tabassé Jacques à mort. Ce jour-là, comme souvent, Johnny était saoul, drogué à la cocaïne et a explosé quand Jacques a une fois de plus essayé de protester contre le racket continu qu'il subissait depuis trois ans. A la cour, Johnny a menti disant avoir "tout fait pour aider son beau-père qui souffrait de problèmes cardiaques". La belle affaire : l'analyse du légiste a montré que Jacques souffrait d'hématomes à la tête, de côtes cassées et de traces d'étranglement.

Cette nuit-là, une fois Jacques mort, Francine et lui ont pris la fuite. Leur meurtre a d'ailleurs failli passer inaperçu : Marie, déficiente mentale, terrorisée par le "couple de monstres" et punching-ball régulier, n'a jamais osé rien dire... il a fallu que les pompes funèbres donnent l'alerte, voyant l'état du cadavre. L'urgentiste envoyé sur place avait conclu un peu vite à un décès naturel, chez ce vieillard au cœur fragile. Puis les enquêteurs ont pu faire le lien entre le meurtre et Francine, quand elle s'est confiée à un ami disant que Johnny avait tué quelqu'un, ami qui a alors contacté la police.

Une semaine après le meurtre, ils ont tout nié. La police a trouvé chez eux des papiers d'assurances, alors qu'ils essayaient visiblement de récolter les maigres milliers d'euros mis de côté par Jacques pour payer son enterrement. Aux assises, ils ont fini par avouer... plaidant la misère sociale, les assuétudes, tentant de se faire passer pour autre chose que des cas désespérés. Malgré la demande de l'avocat général de ne pas descendre sous les 30 ans de prison, les jurés ont décidé que vu l'absence d'antécédents et le contexte familial déstructuré, ils allaient se limiter à 25 et 23 ans de réclusion pour les deux accusés.

Sur le même sujet