Le jeune homme avait déjà testé une bombe artisanale dans son jardin.


Ahmed Alkheder vient d’être condamné à 5 ans prison pour avoir entretenu des liens avec un groupe terroriste et avoir préparé un attentat. Le jeune Syrien, qui avait obtenu le statut de réfugié en Belgique, avait fabriqué un prototype de bombe artisanale en janvier 2018 et prévoyait de rejoindre la Syrie.

La famille Alkheder était arrivée en Belgique en 2016 après avoir fui le conflit syrien, 5 ans plus tôt. Ils avaient obtenu le statut de réfugiés politiques et trouvé un logement dans la région de Mouscron. Ahmed, qui a quitté son pays à 13 ans, était resté particulièrement concerné par le sort de la Syrie. En se renseignant sur internet, il était entré en contact avec des combattants du Jabhat al-Nosra, un groupe rebelle terroriste en lien avec Al-Quaïda.

En mars 2018, certaines de ses communications en ligne avaient attiré l’attention du FBI. Suite à un vaste coup de filet sur les réseaux sociaux, la police judiciaire américaine avait remarqué l’activité suspecte du jeune homme et avait prévenu la Sûreté de l’État. Les autorités belges avaient alors lancé une enquête qui avait abouti au procès d’Ahmed en décembre.

Lors de ce dernier, il s’était péniblement défendu des faits qui lui étaient reprochés. Il avait notamment justifié l’élaboration d’un prototype de bombe gazéifiante par une passion soudaine pour la pêche à l’explosif. Il avait même dit vouloir travailler pour le gouvernement belge en infiltrant des réseaux terroristes pour le compte de l’état. Le parquet fédéral avait requis la peine maximale de 5 ans en rappelant que durant sa détention préventive il avait continué d’entretenir des liens avec d’autres détenus radicalisés.

Ses explications n’ont pas convaincu le tribunal qui vient de rendre son jugement, ce mercredi. En effet, Ahmed Alkheder a été reconnu coupable de participation aux activités d’un groupe terroriste et actes préparatoires à la commission d’un attentat. Il passera les 5 prochaines années en prison.