C’est une bonne nouvelle pour la planète. Du moins, si tout le monde y met un peu de bonne volonté. D’ici peu, l’utilisation du moteur de recherche Ecosia devrait se généraliser au sein des services de l’administration communale de Saint-Ghislain. Le CPAS devrait emboîter le pas tandis que les enseignants du réseau communal seront eux aussi invités à suivre le mouvement.

Les discussions ont été lancées à l’initiative de deux conseillers du groupe d’opposition Osons!, qui ont plaidé la cause via le dépôt d’une motion au sein de leurs instances respectives : le conseil communal et le conseil du CPAS. Le sujet a fait l’objet de débats lors de la commission des affaires personnalisables, de la culture et des sports de juin dernier et a suscité l’adhésion.

Concrètement, cela signifie que les agents communaux, tout comme les enseignants, seront invités à installer et à utiliser le moteur de recherche Ecosia. À ce stade, ce changement ne sera pas contraignant. "Nous pouvons nous réjouir d’avoir été suivis dans notre proposition mais pouvons effectivement un peu regretter que ce ne soit pas imposé. Une installation systématique sur les ordinateurs communaux aurait probablement été préférable", explique Julien Brassart, conseiller du CPAS.

Pour le groupe Osons!, faire un pas dans cette direction était important. "L’urgence climatique est de façon récurrente au centre de l’actualité et doit demeurer une priorité politique. Dans ce cadre et parce que le moindre geste visant à améliorer notre environnement est bon à prendre, la ville de Tournai a pris la décision d’utiliser le moteur de recherche Ecosia comme moteur par défaut sur les ordinateurs de son administration. Nous avons voulu à notre tour apporter une pierre à l’édifice de reconstruction de notre environnement."

Ecosia est un moteur de recherche solidaire allemand qui a fêté sa première décennie d’existence en 2019. La promesse est belle ; parcourir le web tout en permettant la plantation d'arbres. Concrètement, les revenus d’Ecosia reposent sur les publicités visibles par les utilisateurs. Chaque clic sur l’une de ces publicités rapporte quelques centimes d’euros, alors utilisés en partie pour la plantation d’arbres. Selon Ecosia et compte tenu du fait que les utilisateurs ne cliquent pas nécessairement sur la publicité, il faudrait en moyenne 45 requêtes pour financer la plantation d’un arbre.

L’adhésion de la ville et du CPAS au principe ne suffira bien sûr pas à changer la donne mais mérite au moins d’être saluée, d’autant plus que le bourgmestre, Daniel Olivier (PS), s’est engagé à sensibiliser les zones de police et de secours à ce sujet, en plus des instances publiques mono et para-communales présentes sur le territoire saint-ghislainois ou au sein desquelles la commune est représentée.