La triste nouvelle vient de tomber à l’issue d’une réunion qui s'est tenue ce lundi soir entre les principaux acteurs du folklore athois

Après plus d’1h30 d’échanges constructifs et respectueux avec les principaux acteurs du folklore athois, ces derniers ont décidé, tous ensemble, de ne pas organiser l’édition 2020 de la ducasse initialement programmée les 22 et 23 août prochains.

« Outre le fait que le Conseil national de Sécurité interdit toute manifestation de masse avant le 31 août et que nous ne pouvons augurer des décisions qui s’en suivront, ce matin, les journaux faisaient encore référence à des foyers d’épidémie. La fin du mois d’août rimera également avec des retours de vacances, tout comme ce fut le cas il y a un peu plus de trois mois avec les congés de carnaval », indiquent dans un communiqué les organisateurs.

Pour ces derniers, les risques sanitaires sont trop importants. Les différents participants à la réunion ont insisté, à plusieurs reprises, sur le respect à témoigner, tant aux professionnels de la santé qui se sont battus sans compter durant de nombreuses semaines pour vaincre cette pandémie, qu'aux victimes, à leurs familles, et à leurs aînés qui ont été mis à rude épreuve durant cette période. Et surtout éviter que tout recommence !

Différentes réflexions sont aujourd’hui en cours pour rendre hommage et témoigner de manière symbolique le respect à notre beau folklore, le 4ème week-end d’août, aux dates traditionnelles de la ducasse. « Nous comptons évidemment sur les Athoises et les Athois pour respecter cette décision qui a été particulièrement difficile à prendre.

«La santé de notre population est primordiale. Depuis des générations, notre ducasse nous unit dans une ambiance chaleureuse et de partage. L'organiser dans de telles circonstances risquerait non seulement de la mettre en péril, mais a fortiori d'opposer plutôt que de rassembler », concluent les organisateurs qui ont fait preuve de bon sens et de sagesse en renonçant à maintenir cette tradition vieille de plusieurs siècles et reconnue par l'Unesco qui, chaque été, le temps d'un week-end, draine plusieurs dizaine de milliers de personnes dans la capitale du Pays Vert.