Un clip pour faire découvrir cette tradition folklorique aux personnes sourdes et malentendantes.

Fête familiale et conviviale par excellence s’il en est, la ducasse d’Ath entend toucher tous les publics, y compris les personnes souffrant d’un handicap. Ce n’est donc pas vraiment un hasard si les organisateurs des réjouissances folkloriques programmées ce prochain week-end dans la capitale du Pays vert se sont montrés très réceptifs à l’idée de collaborer avec le guide du signaire.

Favoriser l’accessibilité

Sorti de l’imagination de Bastien David et Sébastien Brusselmans, cet outil numérique a pour vocation de favoriser l’accessibilité des personnes sourdes et malentendantes à la culture et au tourisme sous leurs formes les plus diverses. Depuis déjà plusieurs mois, Sébastien Brusselmans, guide en langue des signes agréé par la Région wallonne, organise dans plusieurs villes de Wallonie picarde (Tournai, Ath, Comines, Lessines et Mouscron) des visites guidées à caractère patrimonial pour les personnes atteintes comme lui de surdité. En vue de la sortie des géants reconnus par l’Unesco, une très chouette idée a germé dans l’esprit des créateurs du guide du signaire. Celle de faire découvrir au public concerné cette tradition vieille de plusieurs siècles au travers d’un clip mettant à l’honneur une des chansons emblématiques de la ducasse "Au faubourg de Tournai".

Marquer son soutien

Dans ce clip apparaissent des porteurs de Monsieur et Madame Goliath, des musiciens de la fanfare Saint-Martin, des membres de l’ASBL Rénovation du Cortège, sans oublier les membres du collège communal. Le tournage de cette séquence a permis à tous ces figurants de marquer le soutien à cette noble initiative tout en s’initiant au langage des signes. "Par le biais de cette vidéo que l’on peut visionner sur les chaînes YouTube et les sites web spécialisés en langage des signes, l’objectif est de susciter chez nos amis malentendants l’envie d’aller voir le cortège et d’en palper l’ambiance", commente Laurent Dubuisson.

Et le conservateur de la maison des Géants d’ajouter qu’il s’agit là d’une première étape : "Dans le futur, on pourrait imaginer de programmer des visites en LDS au cœur de la fête."