L’un accuse l’autre d’avoir menacé un de ses amis

Pierre Marie Sprockeels, tête de liste CAP, a dénoncé des faits de menaces à l’encontre d’un de ses amis, entrepreneur à Quevaucamps.

"Cet ami a placé une bâche avec ma photo sur la grille devant son entreprise, spécialisée dans la sécurité. Ce dernier s’est fait insulter et menacer au téléphone par l’échevin Vandeputte pour ce simple fait. Je trouve ce comportement inadmissible. Ce genre d’intimidation, on ne le rencontre que dans une dictature."

Christian Vandeputte (PS) affirme qu’il n’a jamais insulté et encore moins menacé cet entrepreneur. "Je connais ce monsieur et ses compétences professionnelles sont reconnues. Il est néerlandophone et a du mal à me comprendre. J’ai été appelé par des supporters qui me signalaient qu’un panneau de notre parti avait été arraché à Quevaucamps. Je suis passé devant chez cet entrepreneur et j’ai vu qu’une bâche de CAP figurait sur sa devanture. Je l’ai juste appelé pour savoir s’il était candidat de CAP. Il n’y a pas eu de menaces. Ce n’est pas dans mes habitudes. "

Au milieu du jeu de quilles, l’entrepreneur se dit navré. "Je connais M. Sprockeels, qui est un client. J’ai accepté de placer une affiche à lui. Si M. Vandeputte, que je connais aussi, m’avait demandé la même chose, je l’aurais fait. Il était mécontent de voir que je plaçais une affiche de CAP. Mais il ne m’a pas insulté. Moi, je suis neutre."