C'était l'étonnement ce mercredi en séance plénière du Parlement de Wallonie. Les nombreux opposants au dossier de la Boucle du Hainaut (ligne à haute tension 380 kV entre Avelgem et Courcelles) attendaient un vote des députés à propos d'une motion déposée par François Desquesnes le 27 octobre dernier. Le chef de file du cdH pensait lui aussi voir sa motion être soutenue par une majorité de parlementaires. C'était sans compter sur un coup de théâtre.

Une autre motion traitant aussi de la Boucle du Hainaut a été déposée avec des amendements ce mercredi en cours d'après-midi par six autres députés. Tous issus de la majorité (contrairement à François Desquesnes), à savoir Eddy Fontaine (PS), Laurent Devin (PS), Manu Disabato (Ecolo), Christophe Clersy (Ecolo), Hervé Cornillie (MR) et Jean-Paul Wahl (MR). Résultat : les députés de la majorité ont voté contre la motion du cdH (18 oui, 51 non au total) pour favoriser celle déposée par ces six députés.

La motion, qui a donc été adoptée peu avant 19h30 (49 oui, 11 non et 8 abstentions), demande d'abord au Gouvernement wallon "d'examiner la pertinence du besoin - ou non - de l'infrastructure envisagée" mais aussi "d'analyser tous les éléments liés à la justification, dans le respect des compétence fédérales en matière d'énergie, en particulier le transport." 

Par ailleurs, elle demande aux ministres "d'analyser et d'envisager l'ensemble des alternatives techniques et de s'entourer des études nécessaires pour ce faire" et de veillant, dans sa décision, à intégrer tous les paramètres et impacts (paysagers, sur la santé, sur l'environnement, l'aménagement du territoire, etc.).

Concernant les nombreuses oppositions venues de toutes parts, la motion vise à "procéder à l'examen très approfondi de l'ensemble des expressions et prises de positions des citoyens" et idem avec "les contributions et motions des villes, communes, collectivités territoriales, intercommunales, comités citoyens, associations agricoles, etc." Le texte demande ensuite au Gouvernement de demander "à Elia de faire la transparence sur ce dossier et de justifier sa demande au regard des multiples interrogations des citoyens et mandataires locaux."

© BELGA

En revanche, cette motion ne demande pas l'abandon du projet, comme le prônait François Desquesnes (cdH). Ce dernier qualifie le texte de "floue et ambigüe". "La motion de la majorité ne répond absolument pas aux attentes des citoyens", estime-t-il. "Le cdH déplore que l’unanimité exprimée dans les conseils communaux, par les citoyens et les fédérations agricoles contre le projet ne soit pas portée au niveau du Parlement wallon. Il est étonnant que certains élus communaux qui siègent au Parlement wallon n’aient pas tenu la même position à Namur que dans leur conseil communal." 

Le PTB a approuvé cette position, insistant sur la nécessité d'une étude indépendante et neutre. Le groupe citoyen Revolht Soignies semble aller dans le même sens et demande davantage de d'engagement et de précision avec une "expertise qui fasse la lumière de manière chiffrée sur la nécessite de ce projet, une publication de toutes études menées autour de ce dossier ou encore une réfutation claire des arguments avancés par Elia dans son dossier de base qui doit être jugé irrecevable car trompeur."

A l'inverse, les députés de la majorité se sont défendus en insistant sur "une pleine solidarité avec les mandataires communaux et les citoyens". "Cette motion pose bien toute la question de la pertinence du projet", assure Hervé Cornillie (MR). "Ce n'est pas parce que nous ne soutenons pas la motion initiale que nous allons tolérer le moindre laxisme. Mais nous devons mener la procédure. On fait croire aux gens que les dés sont pipés mais c'est faux. Le dossier n'est même pas encore arrivé à l'administration."

"De notre côté, nous disons aussi non à ce projet", signale Laurent Devin (PS). "Aujourd'hui, nous voulons faire oeuvre utile en demandant d'apporter des réponses à toutes les questions que les citoyens se posent afin d'étudier la pertinence de ce projet. Car les citoyens ne veulent pas de ce projet. Pour nous, ce projet tel que présenté, c'est en aussi non."

Bref, tout le monde est contre le projet mais il reste des divergences de point de vue entre majorité et opposition sur la forme. Rappelons tout de même que cette motion, soumise au Gouvernement wallon par les députés, est un avis global qui fait office de signal du Parlement wallon. Mais néanmoins sans valeur décisionnelle. C'est bien le Gouvernement wallon et les ministres compétents qui auront le dernier mot au moment de trancher. Le ministre de l'aménagement du territoire Willy Borsus (MR) a d'ailleurs conclu le long débat avec une grande explication sur la procédure.