Baudour

Maison de la citoyenneté incendiée

le feu a pris lundi, peu après minuit, à La Maison de la Citoyenneté de Baudour, située dans le parc communal, a indiqué la police de la zone boraine, qui précise qu'il s'agit d'un incendie volontaire. Un individu s'est introduit dans le bâtiment par l'escalier arrière, est entré dans un bureau administratif au rez-de-chaussée et s'est emparé d'une caisse de boissons. Puis, il a bouté le feu à l'immeuble, avant de prendre la fuite. Un responsable de l'administration a alors reçu un appel émanant de la centrale de la société de sécurité et signalant une intrusion. La police boraine et les pompiers de Saint-Ghislain se sont rendus sur place. Ces derniers ont pu maîtriser le sinistre assez rapidement et ainsi éviter qu'il ne s'étende au premier étage. La toiture d'une construction attenante a par contre été endommagée. (Belga)

Mons

Subsides à l'équipement

lors de la conférence de presse du salon extrascolaire, la ministre Fonck a lancé deux appels. Le premier était adressé à 6 des 13 communes de l'arrondissement de Mons-Borinage qui n'avaient pas encore développé de politique d'accueil de temps libres. "Il est possible de recevoir des subsides pour financer l'engagement d'un coordinateur mais également pour que les associations bénéficient d'un soutien financier." Le second concernait les associations d'accueil extrascolaires existantes s'occupant d'enfants âgés entre deux ans et demi et six ans. Des subventions seront accordées pour un montant total de 100000 euros dans toute la communauté. "Il s'agit surtout de subsides à l'équipement. Les associations peuvent donc aménager un espace spécifique ou mettre sur pied un projet original", a précisé la ministre.

Judiciaire

Cinq ans ferme pour un pédophile

un quinquagénaire habitant dans le Borinage a été condamné lundi, par le tribunal correctionnel de Mons, à cinq ans de prison, dont un avec sursis probatoire, pour plusieurs viols et attentats à la pudeur commis sur une voisine mineure d'âge entre juillet 2004 et juin 2006. Par contre, faute de preuves, la juge Béatrice Van Toor l'a acquitté d'une deuxième prévention, à savoir de faits de moeurs perpétrés sur la soeur cadette de la victime à la même époque. Pour évaluer la peine à infliger au prévenu, la présidente du tribunal a tenu compte de la gravité de ses actes, de sa perversité, de son côté manipulateur, de la jouissance qu'il dit tirer de "l'interdit" et de son réel attrait pour les filles de 8 à 15 ans. Mais la magistrate a également souligné son absence d'antécédent judiciaire et sa volonté de se faire soigner. L'homme et son épouse, anciens Témoins de Jéhovah, recevaient régulièrement des jeunes de leur quartier et organisaient avec eux des séances de lecture de la Bible. C'est lors de ces rencontres que le quinquagénaire abusait d'une de ses petites voisines. Les faits se sont répétés entre le 10e et le 12e anniversaire de la fillette. (Belga)