La tempête Ciara, une importante dépression au-dessus de l'océan Atlantique, a touché toute l'Europe. Elle était annoncée depuis plusieurs jours, avec des rafales pouvant atteindre 120km/h. Dimanche, en début d'après midi, elle s'est abattue sur la Belgique.

Dans la région de Charleroi plus précisément, les pompiers de la zone de secours Hainaut-Est étaient sur le pont toute la journée de dimanche, avec 20 à 25 hommes dédiés aux missions liées à la tempête. "Une vingtaine de pompiers sont toujours en route ce lundi" , note le major opérationnel Michel Méan.

En 24 heures, les pompiers carolos ont dû intervenir près de 800 fois. "Et il y a encore 250 interventions à effectuer" , nous a-t-on dit en début d'après-midi. Soit plus de 1.000 interventions rien que pour la zone de secours Hainaut-Est sur les deux journées de dimanche et de lundi.

Pour se préparer à la tempête, les pompiers volontaires avaient été appelés dans les casernes dès dimanche matin. Ils sont normalement de garde chez eux, "mais on savait que ça allait souffler, alors on a appelé tout le monde, et déjà commencé à préparer les autos-échelle et le matériel de tronçonnage pour les arbres" , ajoute Michel Méan.

Les pompiers sont en général appelés pour des arbres qui s'abattent sur des habitations ou qui coupent des rues. Mais vu les rafales (120km/h enregistré à Blankenberge), le vent a également causé de nombreux autres soucis nécessitant une intervention :

Sur les réseaux sociaux, le bourgmestre de Charleroi, Paul Magnette (PS), a salué "le travail remarque des pompiers et des services d'urgence et de secours" , en les remerciant.