Hainaut 71 des 213 logements sont en cours de réattribution.

Deux ans après l’ouverture du chantier, la Sambrienne a commencé à réattribuer des logements sur son site de la résidence Harmegnies à Charleroi nord, en surplomb de la bretelle d’accès au ring de l’autoroute A54 en provenance de Nivelles : les 71 premiers appartements d’un ensemble de 213 ont commencé à se remplir. "Ils ont été entièrement remis à neuf", indique le directeur immobilier de la Sambrienne Fabrice Jacqmin.

C’est dans le cadre du plan Pivert 2 de la Wallonie que cette rénovation (NdlR : en cours jusqu’à la mi-2020) a été prise en charge, à hauteur à 10 millions d’euros. L’objectif de Pivert 2, c’est l’augmentation des performances énergétiques et l’amélioration de la sécurité et la salubrité : modernisation de l’électricité, isolation des toitures et des murs de façade, renouvellement du chauffage, mise en conformité des sas d’entrée, remplacement des sanitaires, rénovation des châssis.

Des pertes locatives importantes

Au bout du compte, la facture sera plus élevée que prévu, avec un dépassement de l’ordre de 25 %, ce qui portera l’ardoise finale à 12,5 millions d’euros. Pour cette exécution, tous les locataires ont dû être déplacés. "Ils ont eu la possibilité de choisir le bien qui leur convenait le mieux, ce qui a demandé plusieurs mois." Mais dans le même temps, le site laissé inoccupé a attiré des pillards. Le vandalisme et les vols ont généré un surcoût proche de 20 %, de l’ordre de 1,7 million. Profitant de l’absence de locataires, des auteurs ont démonté des installations de chauffage, canalisations et radiateurs, soustrait des baignoires et sanitaires, ainsi que des équipements électriques. S’ajoutent à ces revers des pertes locatives importantes : même si le loyer moyen n’est que de 279 euros par logement, le manque à gagner mensuel s’élève à près de 60 000 euros pour la Sambrienne, soit l’équivalent de 2 millions sur trois ans d’inoccupation. "Notre société a aussi pris en charge le coût des déménagements."

Pour ces raisons, la société entend maintenir les locataires sur place comme elle l’a fait à la cité Parc (lire ci-contre) où un autre gros chantier de rénovation est en cours.


Des centaines de logements en rénovation

Une cinquantaine d’années : c’est l’âge moyen du parc immobilier que gère la Sambrienne. Améliorer le confort et les performances énergétiques de ses logements est une priorité pour la Sambrienne, et elle le fait avec l’aide des subsides wallons.

Pour booster la rénovation, le plan Pivert a mobilisé d’importants moyens, une politique qui a une triple dimension. Sociale par les économies de consommation qui augmentent le pouvoir d’achat des ménages, ce qui n’est pas négligeable lorsque certains dépensent plus d’argent pour se chauffer que pour payer leurs loyers. Environnementale grâce aux gains en émissions de gaz à effets de serre qui ne sont plus rejetés, et économique enfin, puisque les exécutions sont le plus souvent confiées à des entreprises locales qui emploient de la main-d’œuvre du cru.

À Charleroi, le plan Pivert 2 s’est concentré sur deux grands ensembles de logements sociaux : la résidence Harmegnies à Charleroi nord, et les quatre tours de l’avenue du Chili à la cité Parc à Marcinelle où 420 appartements sont concernés. "Pour ce chantier, nous n’avons pas vidé les immeubles, les locataires sont restés en place. Cela a imposé un surcroît de travail de coordination, afin d’avoir accès aux biens à des périodes précises notamment pour intervenir sur les colonnes techniques. Amélioration du confort, isolation renforcée, chauffage plus performant, les travaux sont en cours à hauteur de 10 autres millions. Trois derniers quartiers bénéficient de rénovations énergétiques grâce à Pivert 2 : la cité Belle Vue à Jumet, les Sarts à Couillet et la cité de la Lâche à Roux. Une centaine d’appartements et de maisons vont y faire peau neuve", selon le directeur immobilier.

Pour améliorer la transition énergétique, la ministre wallonne du Logement Valérie De Bue (MR) a réservé un budget de 75 millions depuis son entrée en fonction. La Sambrienne en a reçu 9 de l’enveloppe destinée à réduire son nombre d’inoccupés. Dans ce cadre, la cité du Centenaire bénéficiera de la réhabilitation de buildings situés à front d’avenue et actuellement inoccupés, ainsi que de nouvelles constructions.