À cette période, la nature sort de sa torpeur hivernale. Aux quatre coins de la ville, les agents communaux, jardiniers et horticulteurs préparent les parcs et les espaces publics au réveil printanier. Le travail ne manque pas car avant tout il faut évaluer les conséquences des violents vents de la semaine dernière notamment au parc de 67 hectares Nelson Mandela où travaille François Mailier.

Ce brigadier, surveillant au département Écologie urbaine désormais renommé "Nature en ville", tire les premiers constats : "Dans un premier temps nous allons effectuer les derniers nettoyages suite à ce que l’hiver nous a laissé. Cette étape bien que nécessaire ne rentre pas toujours dans les aménagements printaniers."

Il est encore possible de faire pousser des fleurs

Depuis 38 ans qu’il travaille au sein du département environnement, François Mailier connaît son boulot et a appris à maîtriser le rythme de la nature : "Les gazons vont se mettre à pousser et pourront être tondus dans la première quinzaine d’avril. On va scarifier pour enlever tout ce qui traîne et aérer le sol. Les premières fleurs bisannuelles comme les pensées, les pâquerettes, les myosotis vont pousser. Même si ces plantes doivent être plantées avant l’hiver, il est encore temps."

Des plantes résistantes

Si les plantes sont mises en terre avant l’hiver, c’est pour que les racines s’ancrent dans le sol. Ceci favorise le départ des plantes au printemps. Cette époque est idéale pour terminer la plantation de tout ce qui est plantes à feuilles caduques : arbres, arbustes et même quelques arbres fruitiers. C’est aussi le moment pour les plantes persistantes comme les conifères et les résineux. "La période pour les plantes persistantes est beaucoup plus longue. Elle s’étend de septembre à avril. Il est important que ces plantes à racines nues s’enracinent correctement afin de bien préparer l’arbre à tout ce qu’il sera exposé comme le vent et le soleil. Les plantes persistantes souffrent souvent moins car elles sont vendues avec de la terre autour des racines. Les tailles d’arbres doivent être terminées. Comme l’arbre démarre, il n’est pas judicieux de couper une partie de ces réserves au risque de lui faire du mal. Pour les rosiers et les autres plantes à floraison estivale, on pratique des tailles courtes maintenant."