Le débat autour des concours de mini-miss et mini-mister n’est pas clos. En fait, la question peut être longtemps reposée. Mercredi prochain, le Collectif des femmes leuzoises et la Commission femmes du centre culturel organisent une conférence sur le thème suivant "Les concours de beauté pour enfants : jeux d’enfants ou fantasme d’adultes ?" Cette conférence sera animée par le docteur Thill, pédopsychiatre. Elle se tiendra au pavillon du Coron, à la rue de Condé, à Leuze-en-Hainaut, et débutera à 19h30. "Les concours de mini-miss et mini-mister se développent un peu partout dans la région et ils s’adressent aux enfants dès six ans, remarquent les deux associations leuzoises. Face à cette réalité, nous posons la question de l’impact de ce type d’événements sur la psychologie et le bien-être de l’enfant."

Le débat avait été lancé en mai dernier par plusieurs associations de Wallonie picarde (Femmes solidaires contre la violence, Femmes prévoyantes socialistes, Canal J, Femmes Écolo). Elles avaient réagi après avoir vu, en février, une fillette de 7 ans, en tenue de danse plutôt légère, qui avait ouvert le défilé du carnaval de Rio. Pressée par une nuée de photographes et de cameramen, elle avait fondu en larmes. Cette image avait choqué, interrogé.

Conscientes des dérives aux Etats-Unis notamment, les associations voulaient agir préventivement. "Nous sommes convaincus de la bonne foi des organisateurs mais nous voulons alerter le politique. Ces concours ne sont pas un jeu d’enfants, les risques pour la santé mentale et physique sont réels."

Les associations pointent notamment : diffusion de clichés homme-femme, réussite sur base de critères de beauté, dictature de la minceur, hypersexualisation "Les petites filles qui défilent se comportent en femmes miniatures. Elles adoptent des codes de séduction qui ne sont pas en adéquation avec leur âge."

Les associations plaident pour l’élaboration d’un cadre strict pour éviter les multiples dérives. Pour que les enfants et les adolescents ne deviennent pas des objets commerciaux.