Le bourgmestre de Châtelet revient sur son procès.

En 2008, Daniel Vanderlick (PS) est jugé dans une affaire de justice. Au mois de février, le bourgmestre de Châtelet est acquitté, ainsi que les autres membres de l’administration de Châtelet.

Le procès opposait l’ancien directeur de l’école de promotion sociale et une partie de la Ville de Châtelet dont le bourgmestre et l’échevine de l’Enseignement Marie-France Toussaint. C’est suite à un licenciement pour inscriptions fictives que le directeur de l’école attaquait la Ville pour faux et harcèlement. Après 10 ans de justice, le bourgmestre, l’échevine et les employés ont été totalement blanchis. Daniel Vanderlick se sent à présent libéré d’un poids qui le pesait.

Cependant , cette histoire l’a miné pendant quelques années : "Ça a duré 10 ans, je l’ai vécu très mal. C’est une expérience qui m’a empêché de dormir très longtemps." Il accuse le directeur de l’avoir accusé lui particulièrement, à l’époque. "Il ne s’est pas gêné pour me mettre seul dans cette histoire. C’était une manœuvre pour que je prenne la porte de sortie. Mais si c’était quelqu’un d’autre bourgmestre à l’époque, je n’aurais pas été visé."

À l’époque, la plainte n’a pas eu d’impact sur les élections communales de 2012. Cependant, le risque c’est que les rumeurs durant toutes ces années puissent avoir un impact sur les élections de cette année. "Ça m’a fait du mal car les rumeurs persistent encore et elles pourraient me porter préjudice. J’entends les gens dirent ‘il n’y a pas de fumée sans feu’. Mais je suis aussi très soutenu par certains citoyens. Maintenant, tout est arrangé et je suis entièrement blanchi. C’est une histoire que je garde derrière moi. Peut-être que je perdrai des électeurs à cause de ce procès, peut-être pas."

Le bourgmestre garde confiance en ses électeurs. Nous découvrirons les résultats le 14 octobre.