Il s'agit de restes d'un cimetière datant du Moyen-Âge.

Le chantier de rénovation du mur de l'enceinte comtale, à la rue de la Terre du Prince, ne possède à première vue rien d'exceptionnel. Et pourtant. Durant la phase de terrassement, la pelleteuse a retourné énormément de terres qui ont révélé quelques surprises. Un crâne, des fémurs, un bassin, une cage thoracique et divers os sont actuellement visibles depuis la rue. Enfuis dans la terre, ils ont été rendus visibles avec le mouvement des machines.

Pas de panique. Il ne s'agit pas d'ossements récents. Ce sont en réalité les vestiges d'un cimetière accolé à la Collégiale Sainte-Waudru présent à cet endroit à la fin du Moyen-Âge. "Mais ce n'est pas une surprise pour nous", explique Jean-Luc Delcourt, directeur technique de l'entreprise SRMH en charge des travaux. "Nous savions qu'un cimetière avait existé à cet endroit. Cela faisait partie des données de départ."

© SH

Les ossements découverts au fur et à mesure des travaux sont stockés dans le périmètre du chantier. "Et ils seront laissés sur place puisque les terres ne sortent pas du site", signale Emmanuel Ramirez, architecte responsable du chantier. "Nous allons les remettre dans la terre comme ils étaient avant, une fois que les travaux de stabilisation seront terminés. Les archéologues n'ont pas montré d'intérêt pour ces ossements qui ne présentent rien de particulier."

La semaine dernière, c'est en revanche une vraie surprise qui a stoppé le chantier. Un boulet de canon issu d'une bombarde du XVIe siècle a été retrouvé durant le terrassement. "Il y avait encore de la poudre noire à l'intérieur de l'engin", précise Jean-Luc Delcourt. "Le service de déminage de Bruxelles a donc dû venir sur le chantier. C'est un engin qui a été lancé durant une bataille et qui n'a probablement pas explosé."

© SH

© SH

© SH

© SH