Ce mercredi matin, La Nouvelle Gazette annonçait une nouvelle intrusion dans l'ancienne maison de Marc Dutroux à Marcinelle, filmée et diffusée sur TikTok. Trois personnes se sont en effet introduites illégalement à Marcinelle, mais une autre vidéo montre aussi la maison de Sars-la-Buissière. 

En vidéo, on peut voir ces trois personnes escalader un muret pour pénétrer à Marcinelle, où ont été séquestrées plusieurs jeunes filles dans les années 90. Dans une autre vidéo, au moins un urbexeur passe par un jardin pour s'introduire à Sars-la-Buissière où les corps de Julie et Mélissa ont été déterrés en 1996. L'intérieur des deux maisons sont commentés, et à Marcinelle ils sont allés jusqu'aux caves montrer ce qui - selon eux - a servi de cellule aux victimes.

Sur plusieurs comptes et séparées en plusieurs capsules vidéo, les intrusions ont été vues 360.000 fois au moins sur le réseau TikTok ces trois derniers jours. 

La Ville de Charleroi, propriétaire de la maison de Marcinelle, portera plainte: "il y aura dépôt de plainte, la maison avait été barricadée récemment, manifestement pour entrer ils ont dû dégrader des choses mises en place par la ville, des agents sont allés sur place et ont constaté", nous confirme-t-on. Pour rappel, d'ici 2023, la maison sera abattue pour y créer un jardin mémoriel. Concernant la commune de Lobbes, propriétaire de la maison de Sars-la-Buissière, nous n'avons pas encore eu de réponse.

Curiosité morbide dans un lieu au lourd passé, certes, et illégale (puisqu'il y a à tout le moins intrusion dans une propriété privée, voire dégradations) mais peut-être aussi des vidéos de mémoire: Jean-Denis Lejeune et Gino Rousso, les papas de Julie et Mélissa, parlaient de "l'urbex" sur les réseaux sociaux lors de la rencontre presse annonçant le projet de jardin mémoriel à Charleroi, rappelant que "c'est peut-être un travail de mémoire à destination des jeunes qui n'ont pas connu cette affaire, les réseaux sociaux touchent ces jeunes."