Le parc naturel des Plaines de l’Escaut vient de sortir un outil pour éviter les abus.

Le parc naturel des Plaines de l’Escaut (PNPE) a conçu un document qui doit fixer un cadre en matière de développement des parcs éoliens sur son territoire. Cet outil a été présenté et validé par le conseil communal de Péruwelz, qui était le premier au sein des 7 communes du parc (Antoing, Belœil, Bernissart, Brunehaut, Péruwelz, Rumes et Tournai) à se positionner. Le but est double : fixer une ligne de conduite aux développeurs et aider les communes à décider.

"Nous sommes pour l’éolien, mais pas à n’importe quel prix. Maintenant, la commune reste une instance d’avis, tout comme cet outil, non contraignant", a fait remarquer le bourgmestre, Vincent Palermo.

Le directeur du PNPE, Reinold Leplat, a confirmé que la Wallonie picarde était "une région venteuse propice à l’éolien. Pour l’instant, 28 sont installées sur le territoire du parc, 13 sont en recours et 37 en projet".

Impliquer le citoyen

Il s’agit ici de répondre à trois enjeux. Où implanter les éoliennes ? Comment ? Et enfin combien ? Le tout en suivant les objectifs wallons et en sachant, comme le martèle le directeur du PNPE, que "la ruralité a une valeur".

Ce cadre wallon doit être adapté localement, en tenant compte de la biodiversité, du paysage, si on se trouve sur un site Natura 2000, une zone d’attractivité des oiseaux migrateurs, un périmètre d’intérêt paysager, dans des cônes de vue de points de vue remarquables.

Reinold Leplat prend comme exemple les pépinières de Lesdain. "Une zone de 300 hectares tout à fait originale. Ce type de paysage doit être préservé."

Par rapport aux objectifs fixés par la Wallonie, à savoir 105 GWh en 2020, ils sont déjà atteints par le PNPE. "Et même dépassés", précise Reinold Leplat. "Par contre, par rapport à ceux fixés à l’horizon 2030 et pour autant que ceux-ci ne changent pas, à savoir 177 GWh, il faudrait encore une dizaine d’éoliennes sur le territoire."

Le directeur a aussi rappelé l’importance d’impliquer le citoyen, toujours crispé quand une éolienne est implantée près de son quartier. "La distance autour de la zone d’habitat doit être de minimum 600 mètres et de minimum 400 mètres autour des habitations isolées."

Le citoyen perçoit toujours le projet comme un business favorable aux promoteurs uniquement. Ouvrir une participation citoyenne, notamment financière, est donc un enjeu. "Idéalement, la formule la plus adéquate est celle d’un projet porté par les pouvoirs publics avec une participation citoyenne."