Le collectif antiraciste Bruxelles Panthères a écrit à la directrice générale de l'UNESCO pour dénoncer la pratique des "black faces" dans les carnavals, notamment la Ducasse d'Ath qui se déroule ce week-end et qui est classée au patrimoine immatériel de l'humanité par l'organisation. 

Il attend de sa directrice générale une réaction aussi ferme que celles qui ont suivi les représentations de nazis ou de Juifs lors d'éditions du carnaval d'Alost.

"Nous avons apprécié cette prompte dénonciation de la représentation à caractère antisémite à sa juste valeur, d'autant qu'elle a eu lieu à Alost, dont des monuments et le carnaval sont inscrits au patrimoine de l'humanité de l'UNESCO. En se prononçant sur cet incident, votre institution avait signalé au monde que la banalisation du racisme, quel le que soit sa forme, ne peut être tolérée par l'UNESCO, agence créée pour encourager la tolérance et la paix", écrit le collectif.

Les "black faces" sont présents dans de nombreuses manifestations folkloriques. Ce sont des personnages censés être effrayants, joués par des blancs grimés en noir. Une pratique raciste et négrophobe, souligne Bruxelles Panthères. Le collectif s'était déjà manifesté l'an dernier en parvenant à empêcher la sortie des "nègres" lors de la ducasse des Culants à Deux-Acren (Lessines). Il sera également présent dimanche à Ath, lors de la sortie du "Sauvage", à l'occasion de laquelle il mènera une action de sensibilisation et de dialogue avec la population, a expliqué le porte-parole, Mouhad Regif.

Mercredi, le collectif s'est entretenu avec le bourgmestre, Bruno Lefebvre (PS), qui a refusé de retirer ce personnage mais s'est dit prêt à mener un débat ouvert sur l'évolution du folklore athois. Insuffisant, juge le collectif qui maintient sa démarche à l'égard de l'UNESCO

"Nous considérons qu'il est temps de réagir à la négrophobie sévissant en Belgique s'il le faut en retirant la Ducasse d'Ath du Patrimoine culturel immatériel de l'humanité de l'UNESCO", a écrit le collectif à la directrice-générale de l'UNESCO.

Dans son combat contre les "black faces", Bruxelles Panthères s'estime soutenu par les Nations-Unies. Le 11 février, à l'issue d'une visite en Belgique, le Groupe de travail d'experts de l'ONU sur les personnes d'ascendance africaine avait pointé du doigt la pratiques des "black faces".

"L'utilisation de caricatures noires, racialisées et de représentations racistes de personnes d'ascendance Africaine est injuriante, déshumanisante et méprisante", avait-il déclaré.