Comet et Wanty ont mis au point un procédé inédit de recyclage de déchets pour la fabrication de tarmac.

Vous l’ignoriez sans doute, mais si vous empruntez les nouvelles bandes de l’autoroute E19-E42 entre Obourg et Jemappes, vous roulez probablement sur votre ancienne voiture ou machine à laver.

Les entreprises Comet Traitement et Wanty ont en effet mis au point un procédé inédit permettant de fabriquer du tarmac à partir du recyclage de métaux et de dérivés. Concrètement, Comet Traitement récupère sous forme de résidus de broyage de déchets métalliques ce qui reste de vieilles voitures ou d’appareils électroménagers. Ces appareils étaient déjà recyclés en bonne partie. Mais l’entreprise est parvenue à mettre au point une technique de broyage pour le dernier pourcentage de ces déchets, obtenant ainsi une sorte de sable particulièrement fin.

Enrobé, c’est recyclé !

Un matériau qui intéresse tout particulièrement le groupe Wanty pour la fabrication ou la rénovation de voirie. La fraction sableuse obtenue par Comet entre ainsi dans la fabrication d’enrobés bitumeux, en lieu et place du sable de mer utilisé jusqu’ici. Un bel exemple de synergie industrielle à échelle locale.

En effet, les Enrobés du Centre, appartenant au Groupe Wanty et à TRBA, produisent quelque 300 tonnes à l’heure d’enrobés. Leur programme de recyclage de déchets permet d’incorporer jusqu’à 50 % de matériaux recyclés dans le produit fini. De son côté, Comet obtient un taux de valorisation de 97 % dans le traitement des résidus de broyage de déchets métalliques. Des déchets qui peuvent aussi être convertis en carburants liquides.

La fabrication de tarmac incluant le recyclage de ces déchets métalliques est un procédé inédit de nos entreprises locales. Wanty a déjà pu l’utiliser notamment sur le chantier de l’autoroute E19-E42 entre Obourg et Jemappes. L’entreprise binchoise a passé un partenariat avec Comet pour racheter l’entièreté de sa production de ce nouveau sable utile à la fabrication de tarmac. Le groupe binchois multipliant les chantiers de voiries, il y aura bientôt à travers nos vieux frigos et autres épaves de voitures, un peu de nous tous sous nos pieds.