Plusieurs jeunes ont pu être interpellés par la police ce samedi.

C’est une bien triste fin d’année que vivent les membres de l’association sportive marchoise FC Jack Aimable. En effet, ce samedi en milieu d’après-midi, ils devaient constater que le stade marchois, situé rue Transversale à Marche-lez-Ecaussinnes, avait été la cible de faits de vandalisme.

Sur place, le responsable de la buvette et la bourgmestre faisant fonction, Véronique Sgallari, ont déploré l’ampleur des dégâts. "J’ai été prévenue et me suis rendu sur place. À l’intérieur, tout a été saccagé", regrette la bourgmestre f.f. "Ils se sont également attaqués aux fenêtres anti-infraction. Ils se sont acharnés, ce n’est pas comme s’ils avaient jeté un caillou et que la vitre s’était brisée."

© DR

Les photos, diffusées sur les réseaux sociaux, témoignent de la violence de ces faits de vandalisme. Tout était véritablement sens dessus dessous. "J’ai fait appel au service de garde du dépôt afin que les lieux puissent être immédiatement sécurisés. Des plaques ont été posées au niveau des fenêtres qui sont déforcées."

© DR

Mais le mal est fait. "Nous tentons d’avoir des structures à mettre à la disposition du public. Les locaux ne sont pas toujours des plus actuels mais les membres font leur possible. Nous ne pouvons que regretter de constater de tels faits volontaires. C’est absolument lamentable. J’avais mal au cœur ce samedi après-midi de voir la buvette dans un tel état et de constater le dépit du responsable."

© DR

Un geste d’autant plus lamentable qu’il est le fait de quelques jeunes, âgés d’une petite dizaine d’années seulement ! "Le dossier est en cours mais plusieurs personnes ont déjà pu être interpellées. Comment est-il possible d’avoir un tel comportement destructeur si jeune ?" Aujourd’hui, les lieux sont sécurisés mais des travaux devront bien sûr être entrepris afin d’envisager des réparations définitives.

"Ce n’est pas la première fois que pareils faits sont commis sur notre commune. Nous aimerions pouvoir nous occuper de choses plus importantes ! Tout cela contribue au sentiment d’insécurité et coûte à la collectivité. C’est vraiment regrettable."