Maxime Prévot, le ministre wallon des Travaux publics et des Voies hydrauliques, vient d’approuver un important marché de près de 11,5 millions d’euros pour le remplacement du barrage de l’écluse de Kain. Cela devrait permettre d’accroître la mobilité sur le réseau fluvial wallon et poursuivre le développement économique de la Wallonie.

Ces travaux constituent une des premières étapes du projet européen RTE-T Seine-Escaut-Est qui comprend l’amélioration de gabarit du Haut-Escaut et de la dorsale wallonne à 2 000 tonnes. "L’objectif principal du remplacement du barrage mobile de Kain, dont la construction date de l’année 1920, est de sécuriser la navigation sur l’Escaut en amont de Tournai en régulant le niveau de l’eau. Concrètement, ce nouveau barrage sera construit en site propre, dans un nouveau chenal, ce qui nécessitera d’importants terrassements ", précise le cabinet du ministre Prévot.

Le barrage actuel sera démoli et remplacé par une échelle à poissons en escaliers et, dans un deuxième temps, par une centrale hydroélectrique. Une deuxième échelle à poissons sera placée dans le nouveau chenal, à côté du barrage.

Pendant toute la construction du nouveau barrage, les anciennes installations resteront opérationnelles particulièrement en période de crue. De plus, une télécommande sera installée à l’écluse de Kain afin de gérer à distance les feux de signalisation de l’alternat de Tournai ainsi que le mécanisme de levage du pont Notre-Dame à partir du même poste de commande.

Grâce à ces nouvelles installations, le transport par voie d’eau pourra être assuré 24h/24. Le chantier, dont le montant total des travaux est estimé à 11 486 650 €, sera piloté par la direction générale opérationnelle de la Mobilité et des Voies hydrauliques du SPW. Les travaux débuteront au printemps 2015 et dureront 3 ans.