Hainaut

Promeneurs, joggeurs et cyclistes, et facteurs de Froyennes, pourraient bientôt à nouveau passer d’une rive à l’autre de l’Escaut à hauteur de l’écluse de Kain. En janvier 2011, les premiers travaux étaient lancés à l’écluse de Kain. Il s’agissait surtout de réviser les vérins. Pendant ce temps, pour des raisons de sécurité, le passage d’une rive à l’autre via l’écluse était interdit.

Rencontré il y a six mois, l’ingénieur responsable des travaux indiquait que "les vérins étaient dans un mauvais état. Par choix technique et économique, il a été décidé de les remplacer. C’est quand même un équipement qui date de cinquante ans".

Et l’ingénieur d’annoncer la fin des travaux pour la mi-juillet. Résultat : encore six mois d’attente. "Mais la fin des travaux approche. Piétons et cyclistes devraient bientôt pouvoir à nouveau passer d’une rive à l’autre."

Sur place, et suite aux premiers propos de l’administration namuroise, on a encore du mal à croire en cette bonne nouvelle.

Par ailleurs, du côté de la rive kainoise, une des deux portes ne pourra plus être utilisée, dit encore Carl Delhaye, directeur des voies hydrauliques à Tournai (Région wallonne) car une nouvelle cabine basse tension installée sur le muret au milieu de l’Escaut laisse trop peu de place pour les piétons et les cyclistes. Et les barrières installées il y a quelques années ont dû être retirées.

Carl Delhaye rappelle aussi que légalement, piétons et cyclistes ne peuvent pas marcher sur un tel ouvrage hydraulique. "Mais il y a une tolérance L’idéal reste cependant la construction d’une passerelle pour les piétons et les cyclistes."

Et si cette passerelle n’est actuellement pas dans les cartons de la Région wallonne, elle pourrait être une compensation au coût des travaux dans le cadre du canal Seine-Nord-Europe.