Elle dénonce un non-sens environnemental et des problèmes de gestion.

Depuis qu'Hygea a conduit le collège d'Écaussinnes à abandonner à contrecœur l'expérience pilote des conteneurs à puce malgré des résultats probants en matière de réduction des déchets, la hache de guerre est déterrée entre la Cité de l'Amour et l'intercommunale.

La majorité écaussinnoise pose en effet un nouvel acte fort en reprenant à Hygea la mission qui lui avait été confiée en matière de sensibilisation à l'environnement et de prévention des déchets. Une décision qui fait suite à la polémique sur l'expérience pilote évidemment, le collège dénonçant un non-sens environnemental avec la réintroduction de sacs incinérables dans la commune.

"Cette mission n’est pas compatible avec le manque de conscience environnementale et le manque de fiabilité actuel d’HYGEA. Nous entendons envoyer un signal pour que l’intercommunale prenne la mesure des changements qui s’imposent en matière de développement durable et dans le service rendu aux habitants", souligne Arnaud Guérard, échevin de l’Environnement.

Le collège met également en cause la gestion de l'intercommunale. En effet, pour mener la mission de sensibilisation et de prévention qui lui était confiée, Hygea bénéficiait d'un subside de 9.000 euros. Mais en 2019, la ministre wallonne Céline Tellier avait permis de doubler ce subside pour les communes qui, comme Écaussinnes, pratiquent une politique zéro déchet. Or, le collège indique avoir constaté qu'Hygea "n’aurait pas la capacité de réclamer l’entièreté de cette subvention, privant ainsi Écaussinnes de cette augmentation de moyens".

"Pire ! Après analyse de la gestion de cette subvention par le service environnement de la commune d’Écaussinnes, l’intercommunale a également admis ne pas avoir réussi à mettre en œuvre l’entièreté de la subvention pour l’année écoulée, sans qu’elle n’alerte les autorités communales", s'insurgent le bourgmestre Xavier Dupont et l'échevin Arnaud Guérard.

La commune d'Écaussinnes reprend donc la main sur ces missions de sensibilisation et de prévention, annonçant que la manœuvre permettra d’intensifier les services aux citoyens offerts par la commune comme le prêt de gobelets réutilisables, les actions zéro-déchet ou la sensibilisation au sein des écoles.

"Alors que nous faisons face à une urgence climatique et environnementale, il n’est pas acceptable qu’Écaussinnes soit privée de moyens d’action suite à un problème de gestion interne à l’intercommunale", conclut Arnaud Guérard.