La compagnie des Nouveaux Disparus prône la culture pour tous.

C’est au cœur de la cité Parc à Marcinelle que la compagnie des Nouveaux Disparus a planté son chapiteau. Comme cinq fois par le passé, les comédiens ont investi les vastes étendues mises à disposition par La Sambrienne aux pieds des immeubles.

Un spectacle haut en couleur

Avec son nouveau spectacle, L’Épopée gipsy, les comédiens offrent un show haut en couleurs traitant de la question des Roms. Le spectacle tourne autour de la condition des Roms et de l’ensemble des préjugés et stéréotypes rencontrés à ce sujet. "Dans le cadre d’un projet européen, nous avons été invités dans l’un des plus grands ghettos roms en Bulgarie, comptant 60 000 habitants. Nous avons appris à découvrir un peuple dans son quotidien. Nous avons donc choisi d’en faire le thème de notre spectacle actuel", explique Jamal Youssfi, le directeur artistique.

La culture pour tous

Si la compagnie s’installe au cœur de la cité, c’est pour partager avec les habitants et leur permettre d’assister à un spectacle : "Notre travail est vraiment de descendre dans les cités et autres endroits afin d’y apporter de la culture. Nous voulons vraiment que chacun puisse assister à un spectacle. Nous prônons la démocratisation de la culture en pratiquant soit la gratuité, soit le passage au chapeau. Nous défendons également l’accessibilité culturelle. Dans ce cas, c’est la culture qui va à la rencontre des gens là où ils se trouvent. Nous voulons être à l’image de la Belgique et offrir cette diversité culturelle et comment elle peut devenir une richesse au service de chacun."

La compréhension de l’autre

Les représentations prévues à partir de mercredi sont également l’occasion de mettre en avant les différents partenaires qui ont permis de concrétiser ce projet. La Régie de quartier, le Cric, la CCLP, La Sambrienne et d’autres acteurs socioculturels se sont unis à l’événement. Le thème abordé est une réelle opportunité pour que chacun revienne sur sa compréhension de l’autre et de l’interaction qu’il peut avoir avec lui.

Rassembler les habitants

Ce type de projet devrait se poursuivre. En effet, la Ville, via le service de la Participation citoyenne et celui des Quartiers de Julie Patte, s’intéresse de près à l’organisation de telles festivités. De son côté, Maxime Felon, président de La Sambrienne, souhaite accueillir dans ses quartiers tous les projets culturels et sportifs permettant de rassembler les habitants.