Hainaut Le collège a rédigé un avis très critique sur la demande de permis pour la liaison nord.

Jusqu’au bout, les opposants à la nouvelle route d’accès à Pairi Daiza ne sont pas encore totalement résignés, et gageons qu’ils épuiseront toutes les voies de recours possibles dans l’espoir de faire capoter ce projet.

Dans le cadre de l’enquête publique qui se clôture le 22 février, c’est au tour du collège communal de Silly, entité qui sera traversée par le futur contournement qui desservira le parc animalier, de monter au créneau.

Sous la plume d’Antoine Rasneur (SENS), président du CPAS en charge du Tourisme, le collège sillien vient de remettre un avis extrêmement défavorable sur la demande de permis d’urbanisme pour la liaison nord vers Pairi Daiza.

"Nous regrettons d’abord que la commune ait été by-passée dans la procédure. Contrairement à Ath et Brugelette, le demandeur n’a pas sollicité Silly pour l’organisation d’une enquête publique légale. Or, de Gondregnies à Bassilly, le collège relève des impacts importants de ce projet routier pour l’entité sillienne. Et ce, tant sur le plan des nuisances sonores pour les habitants qu’au niveau de l’augmentation du trafic."

Et le collège d’ajouter que si une solution doit être trouvée pour soulager le village de Gages, elle ne peut consister à reporter ailleurs les problèmes de nuisance auxquels elle s’attelle.

"Dans sa configuration actuelle, le projet de tracé a pour vocation de désengorger Gages (Brugelette) et de contourner Gibecq (Ath) en renvoyant le trafic vers l’entité de Silly. La N56b telle que dessinée va, de surcroît, porter atteinte à la politique sillienne en matière de durabilité, dont sont emblématiques le concept Slow Food et le développement rural avec un maillage pour la mobilité douce."

Un autre trajet doit être examiné

Le collège demande prioritairement la sécurisation des grands axes traversant les villages et la réfection du réseau régional tout en s’étonnant du silence relatif aux alternatives possibles, que ce soit via la route ou le rail. "Une gare TGV ne serait d’aucune utilité pour atteindre cet objectif. Quant au tracé de la N56b longeant la ligne du train à grande vitesse, il n’est pas pertinent et en inadéquation avec la mobilité durable."

Pour le collège qui déplore encore l’absence d’étude d’incidence environnementale digne de ce nom, un autre trajet doit être examiné, celui de la traversée par le zoning de Ghislenghien qui réduirait le coût tout en présentant d’autres avantages : routes plus adaptées au trafic lourd, suppression du risque d’axe ultérieur entre la N7 et l’A8 à l’est de Ghislenghien, etc.