Hainaut

D’importants débouchés vers le marché asiatique, les promesses d’une augmentation considérable de la production et des créations d’emplois à la clé L’offre de l’homme d’affaires chinois ne pouvait se refuser pour la brasserie Ultra (voir ci-dessous). Ainsi va l’économie de marché. Le brasseur écaussinnois n’est d’ailleurs pas le premier Belge à passer dans les mains du capital international.

A l’heure de la mondialisation, il est pourtant des entreprises sourdes à ces chants de sirènes. La brasserie Saint-Feuillien en fait partie. Aux mains des Friart depuis bientôt 140 ans, la société rhodienne n’est pas prête de quitter le giron familial.

Même si un acheteur se présentait avec un gros chèque et des promesses alléchantes ? "Il pourrait repartir aussitôt avec son gros chèque", réplique Dominique Friart. "L’entreprise se porte bien. Nous avons d’ailleurs investi pour augmenter la production."

Et comme pour témoigner de la bonne santé de la brasserie rhodienne, la semaine dernière, le "Brussels Beer Challenge" a récompensé la Saint-Feuillien brune d’une médaille d’argent alors que la Saison récoltait le bronze.

"Nous sommes très contents pour la Brune qui n’avait plus été récompensée depuis 1998. Nous en avions changé la recette il y a quelques années. Elle offre une belle densité avec 8° d’alcool. Si les Belges sont plus portés vers les blondes, notre Brune connaît un beau succès aux Etats-Unis."

Seule ombre au tableau, il en coûtera bientôt un peu plus cher pour se délecter du jus de houblon rhodien. Alors qu’AB Inbev a annoncé une augmentation de 7 centimes par litre en moyenne et qu’Alken-Maes songe lui aussi à faire mousser ses tarifs, Saint-Feuillien devrait suivre la tendance.

"C’est inévitable compte tenu de la montée des prix des matières premières, des emballages et de l’énergie. Mais si AB Inbev augmente presque systématiquement ses prix deux fois par an, nous ne devrions le faire qu’une fois pour 2013. Et l’augmentation ne sera pas aussi importante", rassure Dominique Friart. Sur les marchés ou les podiums des concours brassicoles, la Saint-Feuillien reste donc une bière compétitive.