Hainaut Maurice Doclot est le dernier survivant d'un miracle de la seconde guerre mondiale.

La Résidence dè Scaussène, maison de repos du CPAS d'Ecaussinnes, s'apprête à vivre un événement hors du commun. Le 18 juin prochain, une chaîne de télévision nationale chinoise poussera les portes de la résidence afin de réaliser un reportage sur Maurice Doclot, le doyen des lieux. L'Ecaussinnois âgé de 104 ans est en réalité la dernière personne miraculée d'une rafle allemande en 1944 encore en vie à ce jour.

Quel rapport avec la télévision chinoise ? Le lien vient de Siou-Ling Tsien de Perlinghi, une femme d'origine chinoise mariée à un médecin belge qui vivait à Ecaussinnes. En juin 1944, des résistants locaux ont abattu trois officiers SS à Ecaussinnes. En représailles, l'armée allemande a fusillé quatre Ecaussinnois et pris en otages 96 personnes, dont Maurice Doclot. L'intervention de Mme Perlinghi a permis de commuer la peine mort de ces 96 Ecaussinnois en déportation dans des camps de travail en Allemagne.

En Chine, l'acte de bravoure de Siou-Ling Tsien de Perlinghi, décédée en 2008 à l'âge de 97 ans, a été très médiatisé. Son histoire avait même fait l'objet d'une télésérie diffusée en 16 épisodes sur la première chaîne nationale chinoise. Septante-cinq ans après les faits, Maurice Doclot est le dernier à pouvoir témoigner de sa gratitude envers cette héroïne. Voilà pourquoi la télévision chinoise lui consacrera un reportage. 

"Ce n'est déjà pas courant d'avoir un résident de 104 ans, ça l'est encore moins d'avoir une chaîne de télévision nationale chinoise qui vienne", sourit Marc Jacobs, directeur de la maison de repos. "Pour l'anecdote, lorsqu'on lui a annoncé ça, vu qu'il est un peu dur d'oreille, il a compris qu'il devait aller jusqu'en Chine (rires). C'est un sujet un peu sensible. Il est évidemment très reconnaissant mais ce n'est pas facile d'en parler. Il sera tout de même content de pouvoir raconter cette histoire à la télévision chinoise."