Un projet qui vise également à lutter contre le sentiment d'insécurité et à mieux respecter l'environnement.

Le bourgmestre Nicolas Martin, l’échevin des Travaux Stéphane Bernard et l’échevine de la Transition écologique et de l'énergie Catherine Marneffe annoncent qu'un budget de 130.000 euros a été débloqué pour investir dans un éclairage moins énergivore dans tout le Grand Mons.

L'investissement vise à réduire la facture énergétique, à améliorer l'éclairage urbain, mais aussi à lutter contre le sentiment d'insécurité et à rendre plus convivial l'espace public tout en respectant davantage l'environnement. Ce nouveau projet donne écho au remplacement complet de l’éclairage de la Place de Cuesmes décidé il y a un an et s’inscrit dans la même philosophie que le Plan Lumière avec sa nouvelle politique d’éclairage du piétonnier, du périmètre de l’Hôtel de Ville, du Beffroi et du Square Roosevelt.

Cette fois, ce sont 348 lampes au sodium qui seront remplacées par des sources moins énergivores et technologiquement plus efficaces d’ici la fin de l’année 2024 pour un montant de 86.532,23 €. À Ghlin, l'allée des Thuyas verra l'installation et l'amélioration d'éclairage public pour 7.104,99€. Même chose à Mons, à la rue du Mont du Parc pour un montant de 15.117,72€. L'éclairage public sera aussi amélioré à la rue des Glaïeuls à Ghlin pour 19.160,29€. Enfin, deux luminaires sur crosse seront installés à la rue du Chanoine Puissant à Mons pour 5.020,85€.

À Mons, on compte 14.551 points, dont 3819 en LED. Les sources les plus énergivores au sodium seront remplacées en priorité. "L’éclairage urbain constitue un levier majeur dont les communes doivent se saisir pour maîtriser, repenser et organiser l’aménagement de leurs espaces, dans une optique volontariste de réduction des dépenses énergétiques et de préservation de l’environnement", indique la Ville de Mons.