L’information a été révélée par nos confrères de la DH suite à une question orale du député Eric Thiébaut en commission infrastructure.

C’est ce que l’on appelle avoir la poisse ! Les retournements de situations et autres perturbations s’accumulent sur le chantier de la Gare de Mons, que beaucoup maudissent désormais tant le sujet est polémique. Suite à une énième question parlementaire du député fédéral Eric Thiébaut (PS) en commission Infrastructure ce mercredi, le ministre Bellot (MR) a laissé transparaître dans sa réponse que le chantier de la gare de Mons était une nouvelle fois frappé par une faillite de société. "Quand on sait que l'on parle de marché européen, on peut s’attendre, selon moi, à un rallongement supplémentaire d’au moins deux ans", confie Eric Thiébaut.

Le ministre Bellot indique dans sa réponse que "La SNCB m'informe que le retard important qui affecte le chantier de la gare multimodale de Mons est en très grande partie dû aux défaillances, c'est-à-dire aux faillites, des différentes entreprises auxquelles des marchés publics avaient été attribués pour réaliser la construction, le montage de la charpente métallique et des structures des abris de quai. Ces graves dysfonctionnements ont des répercussions sur les délais d'exécution et, en cascade, sur les marchés de la vitrerie, des engins de levage, des techniques spéciales et du parachèvement du chantier."

Si, dans sa réponse à la question du député Eric Thiébaut, le ministre Bellot ne confirme effectivement qu’à demi-mots cette nouvelle faillite, il nous revient que le chantier est effectivement à l’arrêt depuis de longues semaines. "Il y a des rumeurs qui courent dans la région montoise selon lesquelles il y aurait encore une entreprise en faillite parmi celles qui doivent terminer le chantier. Vous me le confirmez et je sais bien qu'il s'agit plus que de rumeurs, d'après les échos que je reçois", répondait Eric Thiébaut, dans sa réplique au ministre Bellot. "Il est clair aussi qu'avec les délais qui s'allongent sans arrêt, je crains que nous ne perdions le bénéfice des subsides européens qui ont été attribués pour le chantier. Je reviendrai vers vous pour m'assurer qu'il n'y a pas de risque à ce niveau-là."

Une mauvaise nouvelle qui vient s’ajouter à la désormais très longue liste de rebondissements qu’a connu ce dossier. On se souvient notamment que les autorités compétentes avaient été contraintes d’interrompre le marché public avec la société italienne Cordioli, en proie à d’importantes difficultés financières, laquelle était en charge de la fabrication et du montage de la charpente métallique de la passerelle. Une information qu’Eurogare avait déjà peiné à confirmer à l’époque, en 2015.

Le projet de la gare de Mons, imaginé par l’architecte Santiago Calatrava, détient un triste record de rebondissements et de retards depuis l’annonce de sa construction. Lancé début 2012, le chantier devait se terminer initialement avant 2015, pour le titre de Capitale Européenne de la Culture. Près de 5 ans plus tard, la gare est loin d’être terminée.

Un délai hors du commun pour les parkings

Si ce énième rebondissement, aussi dramatique puisse-t-il être pour les navetteurs et les Montois, n’incombe pas directement à la SNCB ni au ministre, le député fédéral Eric Thiébaut s’interroge néanmoins sur la gestion du chantier relatif aux infrastructures annexes, et notamment le parking. "J'ai du mal à comprendre qu'il faille autant de temps pour ouvrir les parkings. J’interpellerai une nouvelle fois le ministre pour tenter d'aller plus vite dans l'ouverture de ces parkings qui sont sans doute attendus par les riverains qui se garent de l'autre côté de Mons, côté Grands Prés un peu partout pour bénéficier de l'accès à la gare via la passerelle actuelle."

© D.R.

Navetteur régulier, Eric Thiébaut multiplie les interventions sur ce dossier polémique. Il faut écrire que le rail est un sujet sensible dans la région montoise, entre ce dossier houleux et les multiples projets de fermeture des petites gares ou encore la réduction des trains sur certaines lignes.