Hainaut

Le chef de chantier du consortium italien Edile, en activité sur le chantier Rive gauche à Charleroi, a été placé sous mandat d'arrêt vendredi soir pour trafic d'êtres humains, indique samedi Charles-Eric Clesse, l'auditeur du travail en Hainaut. L'auditorat du travail était descendu jeudi, avec les services sociaux, sur le chantier du complexe commercial Rive gauche. Plusieurs ouvriers refusaient de descendre de la flèche d'une grue où ils s'étaient réfugiés. Ils protestaient contre le fait qu'ils n'avaient plus été payés depuis plusieurs mois. Les services de police et les secours étaient également venus sur place.

Après plusieurs heures de discussion, les ouvriers étaient descendus de la grue, mais une enquête avait été ouverte sur le fonctionnement de ce chantier. Il était apparu que ces ouvriers étrangers travaillaient pour le compte d'un des sous-traitants du chantier, le consortium italien Edile. Le responsable de celui-ci était alors absent. Les services de l'auditorat du travail l'ont attendu à son retour à l'aéroport et il a été longuement entendu par le juge d'instruction Paul Dhaeyer, qui l'a inculpé de traite des êtres humains.

Outre plusieurs infractions à la législation sociale, quelques ouvriers n'avaient pas été normalement payés depuis plusieurs mois. D'autres infractions relevant du bien-être au travail, comme l'absence de vêtements de travail et de protection, pourraient s'y ajouter.

Le chef de chantier, de nationalité kosovare, a été incarcéré.