L'ISPPC vient de réorganiser deux de ses services internes au CHU Marie Curie de Lodelinsart (Charleroi).

"Le service de médecine interne et de pneumologie faisaient chacun 30 lits. On a décidé de rassembler ces deux services temporairement, en réduisant les places de moitié, pour dégager 30 lits dans l'ancien service de pneumologie pour accueillir des éventuels patients infectés par le Coronavirus qui nécessiteraient une hospitalisation", explique le directeur de la communication Frédéric Dubois. "C'est préventif : il n'y a pas de rush, mais on doit se tenir prêts au cas où le nombre de cas augmente."

30 lits ont donc été dégagés, avec notamment quatre chambres à pression négative, "qui permet d'empêcher l'air de sortir des chambres". Cela permettra, si nécessaire, d'avoir un service où hospitaliser les patients infectés par le Coronavirus et de les soigner avec le matériel nécessaire : respirateurs, matériel particulier, etc.

"Normalement, les cas avérés et qui nécessitent une hospitalisation sont référés à l'hôpital Saint-Pierre, à Bruxelles, mais on se doute qu'à un moment donné, ils pourraient être submergés. En tant qu'hôpital, on doit toujours avoir une guerre d'avance, avant une éventuelle montée en puissance."

Les hôpitaux recommandent également de limiter les visites extérieures à des patients hospitalisés au strict nécessaire. De reporter les visites si possible, et de toujours bien respecter à la fois les mesures d'hygiène (se laver les mains, tousser dans son coude) et les mesures de prudence (ne pas sortir si on a été en contact avec un patient infecté, pour éviter de propager le virus). Au sein du personnel de l'ISPPC, des hôpitaux aux crèches en passant par les maisons de repos, le "social distancing" qui était recommandé la semaine dernière est devenu une consigne. Fini les bisous m'chou.