Des désaccords sur le volet social et sa candidature sur la liste Destexhe sont à l'origine du divorce.

Coup de tonnerre dans le ciel politique montois, le docteur David Bouillon annonce qu'il quitte le mouvement Mons en Mieux (MEM) conduit par Georges-Louis Bouchez. La surprise n'est pas totale tant les nuages s'amoncelaient depuis quelques temps. Le ciel s'était même encombré lorsque David Bouillon avait annoncé vendredi dernier rejoindre la liste d'Alain Destexhe pour les élections du mois de mai. Jusque là pourtant, les relations étaient maintenues. Georges-Louis Bouchez en profitait même pour rappeler que MEM était bien un mouvement pluraliste, et pas une liste MR déguisée.

Toutefois, la nouvelle orientation politique de David Bouillon était largement débattue dans les coulisses de MEM. Alain Destexhe étant connu pour être très à droite, les risques d'une dérive extrémiste n'étant pas exclus, certains craignaient que l'engagement du docteur Bouillon porte préjudice à MEM. Mais Georges-Louis Bouchez rappelait dans la presse lundi que pour l'heure, les statuts du mouvement n'étaient pas violés. Si d'aventure, un membre de sa liste devait déraper et porter atteinte aux fondements de notre démocratie, "il ne faudrait pas cinq secondes pour l'exclure", déclarait Georges-Louis Bouchez dans les colonnes de la Province.

Pour David Bouillon, c'était la goutte de trop. Ce mardi, le docteur nous annonce qu'il quitte Mons en Mieux. Il siégera donc comme indépendant au conseil communal. "Mons en Mieux me met une épée de Damoclès au-dessus de la tête, ce n'est pas une façon saine de travailler", nous confie David Bouillon. "Je ne suis pas raciste, Alain Destexhe ne l'est pas non plus. En revanche, on m'a offert l'opportunité de développer un programme social au sein de son nouveau parti. Ce qui n'était pas possible ailleurs."

Le social, c'est selon le docteur, le grand point de discorde avec MEM. "Je suis sur le terrain depuis plus de 25 ans. Personne ne peut mieux exprimer l’importance et les conséquences de la pauvreté et des injustices sociales qui touchent tous les jours de plus en plus de citoyens et à tous les niveaux des classes sociales", relève David Bouillon. "Mais ce combat social que je mène n'était pas assez pris en compte à Mons en Mieux. Je suis déçu des attaques entre majorité et opposition. Le citoyen n'y gagne rien. Je préfère travailler en collaboration avec la Ville de Mons, le CPAS et tous les acteurs de terrain impliqués dans la santé et le social."

Pas de réaction pour le moment du côté de Mons en Mieux pour qui l'annonce du docteur Bouillon est une surprise. Georges-Louis Bouchez espère encore faire changer d'avis son conseiller communal. En avril dernier en effet, le docteur Bouillon avait déjà annoncé quitter le mouvement peu de temps après l'avoir rejoint. La polémique autour de la nomination de la directrice générale adjointe était à l'origine de ce premier désaccord. Mais après discussion avec Georges-Louis Bouchez, le docteur Bouillon était revenu sur sa décision et s'était bien présenté sous la bannière de MEM lors des élections communales, décrochant un siège de conseiller. Cette fois-ci cependant, David Bouillon nous assure qu'il ne changera pas d'avis.