Le principal point à l’ordre du jour du conseil communal de ce lundi, outre la prestation de serment du nouveau premier échevin, Paul-Olivier Delannois, concernait le projet de construction du parking souterrain de 360 places. Situé sous une partie du square Bonduelle, du parc communal et de la place Reine Astrid, il sera construit et géré par un concessionnaire privé à qui la Ville octroiera une concession pendant cinquante ans. Ce dernier devra en échange prendre en charge le coût des travaux (estimés à 7 200 000 €) et verser à la ville une redevance annuelle forfaitaire (25 000 € les cinq premières années, 62 500 € par la suite) ainsi qu’un pourcentage du chiffre d’affaires.

L’opposition a approuvé ce projet, qui permettra aux Tournaisiens et aux touristes de se garer aisément à proximité directe du centre-ville. "Ce projet n’est en réalité que la récupération d’une idée vieille de plusieurs décennies que nous avons toujours soutenue", a déclaré Marie-Christine Marghem. "Deux choses m’ennuient malgré tout: le fait que la Ville concède le domaine public à un privé pour une période de cinquante ans, ce qui est énorme, et que ce parking soit situé un peu loin des commerces, ce qui risque d’être handicapant pour les personnes âgées."

Le projet a également été appuyé par le groupe Ecolo "à condition qu’il permette de dégager la cour de l’hôtel de ville et le square Bonduelle des voitures ventouses qui défigurent les lieux", a ajouté Marie-Christine Lefèbvre.

Elle a insisté sur l’importance de bien éclairer ce parking, d’y diffuser de la musique douce "pour adoucir les mœurs" et d’y appliquer un tarif de stationnement raisonnable, peut-être moins cher qu’en ville, pour encourager les automobilistes à aller y garer leur voiture.

Elle a seulement regretté qu’il soit situé à l’opposé de la gare. Mais l’échevin de la Mobilité, Michel Leclercq, l’a rassurée: 200 places de parking supplémentaires seront bientôt créées sur le boulevard des Nerviens.