Hainaut Le dossier finalisé de l’axiale boraine a été présenté à la commune de Boussu et il a été validé.

En mai 2014, le ministre wallon des travaux publics, Carlo Di Antonio (CDH) donnait le coup d’envoi symbolique de la première phase des travaux de prolongement de l’axiale boraine. Si l’heure était aux réjouissances, force est de constater que, quatre ans plus tard, ce prolongement n’est toujours pas devenu réalité. Le giratoire entre la N549 (route de Dour) et la N550 (axiale boraine) a bien vu le jour. Pour le reste, les automobilistes patientent toujours. Les études sont terminées et un permis avait été obtenu pour la construction d’un pont surplombant le chemin d’Élouges. Mais à la demande des riverains et de la commune de Boussu, le projet a été revu.

"Le projet tel que conçu initialement par les ingénieurs prévoyait la construction d’un pont pour surplomber ce chemin agricole afin de le maintenir accessible. C’est quelque chose que j’ai découvert sur le tard, au moment de la demande de permis. Il y avait, pour la construction de ce pont, un surcoût de l’ordre d’un million d’euros… Juste pour maintenir un chemin qui voit passer, au quotidien, peut-être quelques dizaines de voitures pour lesquelles des alternatives existent", explique Carlo Di Antonio.

Le dossier a donc été retravaillé. "Je savais que l’on ne perdrait pas énormément de temps puisqu’en parallèle nous devions acquérir toutes les parcelles, mener les négociations avec le comité d’acquisition, les agriculteurs, etc. Le dossier a été réécrit par les ingénieurs en supprimant ce projet de pont." Aujourd’hui, le prolongement de l’axiale boraine s’apprête à connaître un grand coup d’accélérateur.

Un million économisé

"Le dossier final a été présenté à la commune de Boussu il y a une quinzaine de jours et a été accepté. Nous allons introduire une nouvelle demande de permis et avancer." Finalement, près d’un million d’euros a été économisé dans cette opération. "Je pense que ça en valait la peine. L’acquisition s’est faite en parallèle de la révision du dossier. Aujourd’hui, nous sommes propriétaires de pratiquement tous les terrains."

Dans le courant de cette année 2019, les permis de cette version bis devraient être octroyés et le marché public attribué. Pour rappel, le prolongement de l’axiale boraine a été identifié comme un réel besoin et est repris dans le plan infrastructures 2019-2024. À terme, il devrait permettre de désengorger les axes dourois et boussutois d’une circulation particulièrement dense.