Hainaut Flobecq

L’accouchement du Ravel sur l’ancienne ligne de chemin de fer 87, au cœur du pays des Collines, s’avère plus long et douloureux que prévu. Voilà neuf mois que l’intercommunale Ideta présentait la dernière mouture de son projet qui, depuis lors, tarde à éclore. La reconversion de la ligne 87 tel qu’Ideta l’imagine est loin de susciter l’enthousiasme auprès des autorités flobecquoises mais également des usagers doux empruntant de façon régulière ce réseau de sentiers qui relie l’Escaut au départ de Mont-de-l’Enclus à la Dendre (Lessines) en passant par les entités de Renaix, d’Ellezelles et de Flobecq.

Bénéficiant de subsides wallons et européens à hauteur de trois millions d’euros, les responsables de l’intercommunale projettent d’aménager en Ravel ce tracé qui n’est pas accessible dans sa totalité. "La ligne est très hétérogène en fonction des territoires des communes qu’elle traverse. A Flobecq, la portion a été recolonisée par la végétation, ce qui confère à cette zone un caractère bucolique, sauvage et mystérieux très apprécié des promeneurs", dit Philippe Mettens.

Pour le bourgmestre de Flobecq, le projet d’Ideta tel qu’il est conçu aujourd’hui entraînerait un saccage complet du site. Il est d’autant moins chaud à l’idée de lâcher du lest qu’il s’est engagé auprès de ses électeurs à ne pas dénaturer la zone.

Du côté d’Ideta, on estime avoir déjà modifié les plans initiaux en réduisant la largeur de la bande asphaltée (2,5 m au lieu de 3,5 m) tout en créant une piste en cendrée pour les cavaliers. Une évolution appréciée par le maïeur d’Ellezelles mais qui reste insuffisante aux yeux du maïeur du fief voisin.

"Si Ideta accepte d’adapter son projet aux aspirations flobecquoises et d’abandonner l’idée d’une autoroute touristique bétonnée, je suis prêt à en discuter."