Non..., pas plus à Tournai qu'ailleurs, les francs-maçons ne célèbrent des rites diaboliques en sacrifiant de jeunes vierges, de préférence chrétiennes. Non, ils ne complotent pas non plus contre l'ordre établi à travers dieu sait quel aréopage mondial. Dans la Ville aux cinq clochers, comme dans des milliers d'ateliers répartis sur la planète, ses adeptes, des hommes et des femmes à l'esprit libre, essaient tout simplement de réfléchir à leur destinée humaine et à dégrossir la pierre brute de leur existence tout en s'efforçant de faire le bien. Et que cela crée des liens ténus entre eux n'est pas un péché ! Reste que les traumatismes du passé sont difficiles à surmonter : pendant la Seconde Guerre mondiale, des centaines de maçons sont morts pour la liberté et c'est pourquoi ces cercles de réflexion philosophique et sociétale restent discrets.

Mais pas secrets ! À preuve, l'excellente initiative prise par les Loges de Tournai - Les Frères réunis, Grand Orient de Belgique et 944, Germaine Devalet - Persévérance nouvelle, Droit Humain - qui présentent actuellement "Deux siècles de franc-maçonnerie à Tournai" avec la collaboration du Musée de la Franc-maçonnerie de Bruxelles.

Le lieu ? Le Musée des Beaux-arts sis Enclos Saint-Martin et conçu par Victor Horta qui était lui-même maçon ! L'occasion pour les profanes de découvrir ce qu'est réellement la franc-maçonnerie dans une cité comme Tournai à partir de documents rares et uniques mais aussi d'objets rituels qui sont souvent de véritables oeuvres d'art. Épinglons pêle-mêle des maillets dont celui offert par le bijoutier bruxellois Wolfers, des pièces de mobilier maçonnique, etc qui introduisent à l'ambiance des réunions. Remarquables aussi : une série de tabliers des XVIIIe et XIXe siècles qui rappellent que la réflexion sur la destinée humaine peut être très plurielle. L'exposition est aussi une immersion dans la vie locale : nombre de rues et de monuments tournaisiens portent le nom ou ont été conçus par des maçons. Ces derniers n'ont pas toujours eu la vie facile. Et pas seulement pendant les guerres : nombre de bien-pensants ne pouvaient admettre une pensée différente dans leur cité. Le "politiquement correct" n'est pas d'aujourd'hui !

L'exposition, prévue jusqu'au 4 mars (mais elle pourrait être prolongée !) se complète utilement par un livre superbement illustré qui a pour nom "Visages de la franc-maçonnerie à Tournai". Mieux qu'un catalogue, c'est un livre d'Historique où émergent événements et grandes personnalités. Il a été rédigé par un collectif de maçons tournaisiens et coordonné par notre confrère Jiri Pragman, l'éditeur du Blog Maçonnique qui s'efforce d'éclairer le plus objectivement possible la réalité de l'art royal... Enfin, signalons deux conférences : ce vendredi à 20 h, Harry Swerts fera un exposé sur Franc-maçonnerie et 7e art alors que le vendredi 23, c'est Paul Danblon qui fera le point sur franc-maçonnerie et laïcité. Une belle occasion de passer de ténébreux préjugés à une réalité plus lumineuse...

Renseignements. : 069.33.23.45